TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

Chroniques radio pour redécouvrir le théâtre

 


Écoutez les petites histoires qui font la grande histoire du théâtre  !
Toutes les semaines, la radio RCF en partenariat avec le TNP propose une nouvelle chronique de 4 minutes pour redécouvrir des classiques du théâtre et apprendre à connaître ses auteurs en compagnie de Jean-Pierre Jourdain, directeur délégué du TNP de Villeurbanne.

Émission du 21 décembre, Le trac : Pourquoi a-t-on le trac avant de monter sur scène? Ce passage des coulisses aux planches, du noir à la lumière est un drôle de phénomène. Les gens vous regardent, vous écoutent attentivement, parfois même vous jugent… Mais ce passage vers le visible est une étape essentielle qui permet aux acteurs de se jeter à l’eau.

Émission du 14 décembre, L’expérience du spectateur au théâtre : Aller à une représentation de théâtre n’arrive pas tous les jours. L’expérience d’être là, ensemble, d’arriver à l’heure, de voir la lumière se tamiser… Tout cela fait parti d’un rituel éphémère, où l’on voit sous nos yeux quelque chose exister et disparaître. Une expérience qui est d’autant plus intense car elle est unique.

Émission du 7 décembre, Le répertoire au théâtre : Le répertoire est né du fait que de nombreux théâtres hébergeaient en leur sein des auteurs. Et quand un auteur était lié à un théâtre, il ne jouait pas ailleurs. D’où l’apparition de la notion de répertoire. On peut même dire qu’il existait autant de répertoires que de théâtres. Mais cette notion est vraiment devenue officielle avec la Comédie-Française. Jean-Pierre Jourdain, directeur artistique du Théâtre National Populaire de Villeurbanne, vous explique tout de l’histoire et de la signification de ce terme. 

Émission du 30 novembre, Les comédiens étrangers et le théâtre français : Au XVIIe siècle, les comédiens italiens venaient jouer leurs pièces à Paris sans aucune traduction. Aujourd’hui le théâtre dit dans une langue étrangère est sous-titré. Mais qu’en est-il des acteurs étrangers dans les productions françaises? Quel rôle leur donne-t-on? De la Comédie Française à Peter Brook, Jean-Pierre Jourdain nous parle justement de la place des comédiens étrangers au théâtre.

Émission du 23 novembre, La mise en scène au théâtre : Le metteur en scène est un peu celui autour de qui tout s’organise dans une pièce de théâtre. Et toute mise en scène est un rapport à une certaine forme de pouvoir: celui de décider de la lecture d’un texte ou encore le pouvoir institutionnel.

 

Émission du 16 novembre, Les hommes de l’ombre : Le rapport entre les artistes et les techniciens est fondamental. Sans eux, le spectacle n’aurait pas lieu. Accessoires, peinture, lumière, son… Tout est fabriqué pour l’œil du spectateur. Et chaque techniciens doit sentir qu’il est rêvé par l’artiste.

 

Émission du 9 novembre, La mise en scène au théâtre : Le metteur en scène est un peu celui autour de qui tout s’organise dans une pièce de théâtre. Et toute mise en scène est un rapport à une certaine forme de pouvoir: celui de décider de la lecture d’un texte ou encore le pouvoir institutionnel.

 

Émission du 2 novembre, La scénographie au théâtre : Le terme scénographie n’est apparu que récemment dans le vocabulaire du théâtre. Il date approximativement du début du siècle. L’inventeur de ce concept est Gordon Craig. Fils d’acteurs, il voulait justement que tout ne repose plus sur les comédiens. Il fallait pour lui trouver le bon espace pour le texte.

 

Émission du 26 octobre, La lumière au théâtre : A l’origine, le coucher du soleil parait les théâtres antiques de mystère lors de lectures. Puis vint la bougie qui détermina la durée des actes au théâtre. Enfin, l’apparition de la « fée électricité » permit, en quelque sorte, de ne plus s’arrêter de jouer.

 

Émission du 19 octobre, La chanson populaire : La chanson populaire est née dans les années 1930. Elle raconte des événements (plus ou moins heureux) mais a toujours été reprise par tout un chacun. Après guerre, la chanson politique est née avec Aragon, Ferré et semble être un cri venant du peuple qui ne peut pas se taire. Avec l’arrivée des Yéyés ce style s’est complétement essoufflé, mais il revient aujourd’hui. Pour preuve, Lambert Wilson chante Yves Montand en février prochain au TNP, et ranime le répertoire sans tomber dans la nostalgie.

 

Émission du 12 octobre, L’onirisme au théâtre : Tout d’abord, l’ambition du théâtre est de donner un sentiment de vérité, de proximité au spectateur: « ça me parle ». Il existe deux grandes façons de faire: le réalisme et l’onirisme. L’intérêt de l’onirisme, du merveilleux, c’est qu’il faut l’interpréter. Il n’y a donc pas qu’une seule vérité, un seul niveau de lecture et l’onirisme permet parfois de dire des vérités difficilement exprimables.

 

Émission du 5 octobre, L’écriture contemporaine : La singularité de l’écriture contemporaine réside principalement dans la temporalité. Tout comme l’art contemporain a été influencé par la science et ses découvertes, les auteurs ont eux aussi changé leur manière d’appréhender le temps.

 

Émission du 28 septembre, Théâtre et musique : Le théâtre et la musique se marient depuis la période Antique. À l’origine, la musique permettait à la fois de rythmer les poèmes mais aussi de maintenir le public en haleine lorsque l’on contait les histoires. Aujourd’hui, deux exemples pour illustrer cette relation : Faust et Bob Wilson, et la Traviata revisitée.

 

Émission du 21 septembre, Quand dire, c’est faire : Le théâtre englobe un corps dans un espace. Un corps qui parle, qui manifeste la puissance du verbe. Et ce corps, l’Homme qui déclame, doit assumer l’épaisseur de ces mots. Jean-Pierre Jourdain, directeur artistique du TNP, nous éclaire sur la parole-action.

Émission du 14 septembre, Tout peut-il être théâtre ? : On voit des choses apparaître sous nos yeux puis disparaître, le temps d’une représentation. Même s’il on commence à connaître la fin des grandes œuvres, c’est le cheminement, la mise en scène qui importent. A partir d’un sujet, un grand nombre de questions peuvent être soulevées et autant de réponse trouvées. C’est en cela que le théâtre est l’art de la variation infinie. 

Émission du 7 septembre, la petite histoire d’abonnement de théâtre : Au départ, l’idée était de proposer un théâtre pour tous et permettre au peuple de reprendre son destin culturel en main. De Victor Hugo à Jean Vilar, l’abonnement a toujours été en constante évolution, s’adaptant aux raisons économiques du théâtre et offrant toujours plus aux spectateurs.  

 

Émission du 31 août, Nuits d’été, nuits d’hiver : L’été est fini et avec lui la saison des festivals de théâtre. On remet ses habits rigides et l’on se dirige de nouveau vers nos maisons en dur pour l’hiver. C’est de cette drôle de transhumance du spectateur dont nous parle Jean-Pierre Jourdain.