TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

Article de Médiapart / Le Roi Lear

 


Extrait de l’article de Médiapart
Par Antoine Perraud, 28 janvier 2014
 
 

Serge Merlin illumine la nuit du “Roi Lear”

Au TNP de Villeurbanne, Le Roi Lear mis en scène par Christian Schiaretti éclaire de mille feux Shakespeare, que Serge Merlin sert jusqu’à l’incandescence.

(…) S’appuyant sur la traduction réalisée voilà tout juste cinquante ans par le poète Yves Bonnefoy, la mise en scène de Christian Schiaretti dépasse la vision habituelle d’un Lear régressif et incestueux, fuyant la mort dans les reniements, la faute morale, la rupture des liens familiaux, sociaux et même humains – la pièce, d’une férocité absolue, propose un déchaînement d’animalité, qui aboutit cependant à une forme achevée d’art poétique shakespearien…

(…)
Serge Merlin touche à l’incarnation vertigineuse. Son regard, défiant la distance, transperce jusqu’aux derniers rangs. Son brame chuchote, geint, tonitrue. Sa démarche sautille et traînasse, son bras s’élance et s’abat. Son phrasé accroche l’ouïe, berce l’âme, arrache des larmes, soulève le rire, tétanise. Fauve lâché dans l’arène d’un décor sphérique, Serge Merlin se saisit de la tragédie sans pour autant l’étouffer. En l’absence sur scène de ce chef égaré, tantôt sorti des langes, tantôt échappé de l’Olympe, l’action suit son cours, exempte de toute baisse de rythme ou de tension. Le spectateur ne perd pas une miette de l’histoire parallèle, furieusement virile, celle du bâtard Edmond (magnifique Marc Zinga) évinçant son frère légitime Edgar (remarquable Christophe Maltot), pour terrasser leur géniteur (pathétique Philippe Duclos en comte de Gloucester).

Lire l’article dans son intégralité