TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

Chocolat, clown nègre

Ce spectacle est un hommage à celui qui fut le premier artiste noir de la scène française. Ancien esclave de La Havane il deviendra, par ses dons comiques et de danseur, le roi des nuits parisiennes. Mais après l’affaire Dreyfus, rire d’un noir montré comme ignorant et naïf, génère du malaise. Les engagements se font rares. Le célèbre clown mourra dans la misère, oublié de tous.

Du vendredi 29 novembre au dimanche 1er décembre 2013
Hors les murs : Au Théâtre Nouvelle Génération, 23 rue de Bourgogne, Lyon 9e. Accédez au lieu.

Le spectacle est d’abord un hommage rendu à celui qui fut le premier artiste noir de la scène française. Ancien esclave de la Havane, alors appelé Rafael va fasciner le public parisien de la toute fin du XIXe siècle avec ses chants, ses danses et ses talents comiques. Avec son complice Foottit (apprécié pour son accent anglais et ses fautes de français), ils inventent la comédie clownesque composée du clown Blanc et de l’Auguste. C’est ainsi qu’il deviendra le célèbre clown Chocolat. Le succès est énorme. Il sera filmé par les frères Lumière, peint par Toulouse-Lautrec, source d’inspiration pour Debussy… Il devient le roi des nuits parisiennes, de Montmartre aux ChampsÉlysées. En parallèle, dans l’ignorance générale, leur numéro fixe le stéréotype colonial du « nègre stupide » giflé par le Blanc. Aussi, comme le note Gérard Noiriel : « Au lendemain de l’affaire Dreyfus, on ne peut plus montrer sur une scène française un Noir frappé par un Blanc sans une certaine mauvaise conscience. » Alors l’étoile de Rafael pâlit. Il ne trouve plus d’engagements. Ceux qui l’applaudissaient, gênés, détournent le regard. Avec sa compagne, ils sombrent dans la misère. Il mourra à Bordeaux en 1917, oublié de tous, et sera enterré dans le carré des indigents. A travers l’histoire du « clown nègre », ici restituée sur une piste de cirque, c’est la question très actuelle de la diversité qui est posée. Le spectacle veut aussi contribuer au devoir de mémoire en montrant le rôle joué par les artistes venus d’ailleurs dans le renouvellement de la culture française.

Spectacle à partir de 12 ans
Tarifs : 17€ plein tarif / 9€ tarif réduit / Tarif Trio 13€ (A partir de 3 personnes venant à la même représentation)

Projection : Le film documentaire « Le clown Chocolat » de Samia Chala et Thierry Leclère sera projeté, mercredi 27 novembre à 18h30 à la médiathèque de Vaise, dans le cadre du Festival A nous de voir.

© Elisabeth Carecchio

Gérard Noiriel est un historien spécialiste des questions identitaires. Avec la parution de son ouvrage Le Creuset français en 1988, il est le premier historien français à traiter le thème de l’immigration et à l’instituer comme objet de recherche. Cofondateur de la revue Genèses. Sciences sociales et histoire, il a été membre de nombreux comités scientifiques internationaux ainsi que conseiller historique pour des films et des documentaires. Directeur d’études à l’EHESS, il a publié de nombreux ouvrages : Réfugiés et sans-papiers, Racisme : la responsabilité des élites, L’identification. Genèse d’un travail d’État… Il travaille aussi sur les rapports entre pratiques culturelles et sciences sociales à partir de l’exemple du spectacle vivant (Histoire, théâtre et politique, paru en 2009 aux Éditions Agone).

Marcel Bozonnet Comédien et metteur en scène, président de la Société d’Histoire du Théâtre. Admis dans la troupe de la Comédie- Française en 1982, il en sera l’Administrateur général de 2001 à 2006. Durant son mandat, il intègre au répertoire des auteurs contemporains (Marie Ndiaye ou Valère Novarina) et sollicite les créations des plus grands metteurs en scène internationaux. Sa compagnie Les Comédiens-Voyageurs, fondée en 2006, est en résidence à la Maison de la Culture d’Amiens. Au TNP, Marcel Bozonnet a déjà été accueilli avec Baïbars, le mamelouk qui devint sultan (2009) et a joué sous la direction de Christian Schiaretti dans Mai, juin, juillet de Denis Guénoun (2012).

Avec Alex Fondja, Sylvain Decure, Fannie Outeiro, Ode Rosset, Marcel Bozonnet
et la participation de Gilles Privat et Thierno Thioune
Adaptation pour la scène Gérard Noiriel, Marcel Bozonnet
Costumes Renato Bianchi avec la collaboration de Sylvie Lombart
Chorégraphie Natalie Van Parys
Conception vidéo Marc Perroud
Conception son Louise Bardet
Dispositif Marcel Bozonnet et Renato Bianchi avec la collaboration de Sara Sablic
Coiffes Laurence Solignac
Masques Carole Batailler
Dramaturgie Joël Huthwohl
Conseillère image Judith Ertel

Production Maison de la Culture d’Amiens / Centre de création et de production
Coproduction Compagnie Les Comédiens-Voyageurs
En coréalisation avec : Théâtre Nouvelle Génération, Théâtre National Populaire

logo_tng_130-90pxl

 

 

 

 

Reportage ARTE