TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

La Bataille est merveilleuse et totale

La Chanson de Roland est une apologie du poème, donc de la langue. La bataille et le chant, l’oralité et l’écriture, creuset que les troubadours, conteurs, poètes et traducteurs ont fait vivre jusqu’à nous. Fruit d’une génération où le combat était beau et la vie une épopée.

Lundis 4, 18 et 25 novembre 2013 à la Brasserie 33 TNP

La Chanson de Roland est une apologie du poème, donc de la langue.
La bataille et le chant, l’oralité et l’écriture, creuset que les troubadours, conteurs, poètes et traducteurs ont fait vivre jusqu’à nous. Fruit d’une génération où le combat était beau et la vie une épopée.

Extraits du deuxième chapitre Chanson de Roland du livre Rappeler Roland (2013 / P.O.L) de Frédéric Boyer

Rencontre avec Julien Tiphaine et Frédéric Boyer,  jeudi 31 octobre. En savoir plus.

Les Cartes blanches aux comédiens de la troupe. La feuille de route tient en quelques mots : liberté totale, de fond et de forme, quant à l’acte artistique concocté. Dès lors, elles sont autant d’occasions de rencontrer l’univers plus personnel de certains comédiens de la troupe.

Julien Tiphaine. Lire sa biographie

Frédéric Boyer est né le 2 mars 1961 à Cannes. Ancien élève de l’École normale supérieure, il est écrivain, traducteur et éditeur. Auteur d’une trentaine de livres depuis 1991, tous publiés aux éditions P.O.L, romans, essais, poèmes et traductions. Prix du Livre inter en 1993 pour son roman Des choses idiotes et douces, et prix Jules Janin de l’Académie française pour sa nouvelle traduction des Confessions de saint Augustin (Les Aveux, P.O.L 2008).
Il a dirigé le chantier de la Nouvelle Traduction de la Bible, avec de nombreux écrivains contemporains (Olivier Cadiot, Jean Echenoz, Florence Delay, Jacques Roubaud, Valère Novarina…), parue en 2001 (éditions Bayard).
Depuis des années son œuvre associe l’écriture personnelle et la relecture et traduction de grands textes anciens. En 2010, sa nouvelle traduction de Richard II de W. Shakespeare (P.O.L,  2010) est montée par Jean-Baptiste Sastre, avec Denis Podalydès, dans la Cour d’honneur du Palais des papes au festival d’Avignon. Où il fait lui-même ses premiers pas de comédien. En 2012, création au Théâtre de Lorient et au Centre dramatique de Châteauvallon de sa première pièce : Phèdre les oiseaux (P.O.L, 2012), avec la comédienne Hiam Abbass.

Texte français de Frédéric Boyer
Dirigé par Julien Gauthier
Lumières Rémy Sabatier
Remerciements :
Caroline Oriot pour la scènographie
Amandine Blanquart et Claire Blanchard

  Le programme de salle (pdf / 192ko)