TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

« La Tragédie du roi Christophe » en tournée à Sceaux

 


Après les représentations au TNP, le spectacle La Tragédie du roi Christophe est en tournée  à Sceaux !

La Tragédie du roi Christophe
de Aimé Césaire, mise en scène Christian Schiaretti
du 22 février au 12 mars
au Théâtre Les Gémeaux
Réservez en ligne

La presse en parle …

Le Monde diplomatique
Lorsque tous les artistes sont au plateau, c’est tout le peuple d’Haïti qui nous fait face. On a rarement le loisir de voir une telle distribution avec autant d’artistes de cette trempe. Marc Zinga interprète le rôle du roi Christophe avec incandescence, consumé de l’intérieur par une rébellion qui lui fait brûler sa vie par les deux bouts, jusqu’à ce qu’il soit frappé par un AVC, stoppé dans sa trajectoire. Comédien solaire, son jeu aimante tout comme la chorégraphie de ses partenaires de scène… Marina Da Silva

Télérama
 Christian Schiaretti monte de manière toute chorale cette épopée qu’il restitue à merveille. On entend superbement l’épopée, on se laisse porter. Aimé Césaire est de nos immenses poètes. Il faut l’écouter. Fabienne Pascaud

Le Figaro
Christian Schiaretti inscrit ce grand travail dans le droit fil de celui qu’il a consacré à Une saison au Congo, du même écrivain, en 2013. On retrouve d’ailleurs un même esprit, une ampleur, une audace, un sens du choral et de l’héroïsme. On retrouve une partie des artistes qui portaient, de toute leur vitalité, l’histoire de Patrice Lumumba. Ils sont près de quarante, venus de France, de Belgique, d’Afrique et notamment de Ouagadougou avec le collectif Béneeré. Acteurs rompus à la langue flamboyante d’Aimé Césaire et investis de toute leur énergie dans cette épopée qui finit mal. Histoire d’échec, histoire du basculement d’un idéaliste lucide dans la dictature. Histoire qui fait réfléchir. Armelle Héliot

Les Échos
Le duo Marc Zinga (Chistophe) / Emmanuel Rotoubam Mbaide (son bouffon Hugonin) fait des miracles – le premier imposant son charisme fiévreux, le second, sa drôlerie désespérée. Et puis il ne faut pas s’y tromper, Schiaretti et sa troupe nous parlent d’abord de politique, de ce regard noir sur des Blancs qui cultivent l’amnésie, de l’utopie qui partout se fait la malle, du pouvoir qui se shoote à la folie. Philippe Chevilley