Les Misérables en Chine

Les Misérables
Création
d’après le roman de Victor Hugo
adaptation théâtrale Jean Bellorini et Mathieu Coblentz
mise en scène Jean Bellorini
traduction Ning Chunyan
directeur artistique Wang Keran
superviseurs Wenpeng, Liu Ye, Wang Keran et Jean Varela
collaborateur artistique Mathieu Coblentz
metteur en scène de reprise Hang Rui

19 – 20 janvier 2024 avant-premières du Suzhou Bay Grand Theatre.
26 – 28 janvier 2024 Beijing Poly Theater.

Tant qu’il existera, par le fait des lois et des mœurs, une damnation sociale créant artificiellement des enfers, (..) tant qu’il y aura sur terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles.

Victor Hugo – Hauteville House, 1 janvier 1862

Jean Bellorini met en scène Les Misérables, une adaptation théâtrale du roman de Victor Hugo. Entouré par le célèbre acteur Liu Ye, qui interprètera le rôle de Jean Valjean, et d’une troupe d’acteurs chinois, il pose un nouveau regard sur l’œuvre. Plus que jamais, l’hymne hugolien à la liberté résonne par-delà le temps et les frontières.

Produite par le Yang Hua Theatre, la création aura lieu aura lieu à Suzhou puis à Pékin, au Poly Theatre, avant de tourner dans toute la Chine. Ce spectacle fait partie des évènements phares de la célébration des 60 ans de coopération franco-chinoise.

Sur scène, le célèbre comédien chinois Liu Ye accompagné par douze acteurs et actrices de la troupe du Yang Hua Theatre et deux musiciens, racontent, scandent, chantent cette traversée qui se veut aussi littéraire que musicale. Tous conteurs et chanteurs, ils s’engouffrent dans l’épopée et incarnent ses nombreux héros, Jean Valjean, Gavroche, Cosette ou Marius, ces êtres de papier aux noms si familiers et aux visages infinis. Le spectacle met en scène des hommes et femmes d’aujourd’hui : la volonté qu’il faut pour se réinventer, la force pour choisir une voie ou le courage pour tendre une main quand des portes se ferment, ne tiennent pas à un siècle, à un pays ou à une époque. La complexité humaine, dépeinte avec tant de nuances dans Les Misérables, réclame qu’on s’asseye un instant, ensemble, pour se mettre à son écoute.