Création
L'espèce humaine, illustration du spectacle au TNP

L'espèce humaine, illustration du spectacle au TNP

d’après La Douleur de Marguerite Duras et Autour d’un effort de mémoire de Dionys Mascolo
mise en scène et scénographie Mathieu Coblentz

Du vendredi 13 janvier
au samedi 28 janvier 2023
Petit théâtre • salle Jean-Bouise
Durée : 1h30

du mardi au samedi à 20h30 sauf jeudi à 20h, dimanche à 16h, relâche le lundi

Les dates réserver

lunmarmerjeuvensamdim
janvier 2023
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
Billetterie

Les tarifs

  • 25 € plein tarif
  • 20 € retraités, groupe (dès 8 pers.)
  • 14 € demandeurs d’emploi, accompagnateurs PSH…
  • 12 € moins de 30 ans...
  • 7 € bénéficiaires minima sociaux

Détail des tarifs

Restez informé : newsletter

À propos

À l’origine de ce spectacle, il y a L’Espèce humaine de Robert Antelme : poème, témoignage dont chaque page est la vie même, arrachée et comme sauvée de l’Enfer. Au départ, il y a le besoin de chanter l’épopée d’un revenant, le besoin de replonger dans le chaudron du XXe siècle pour éclairer le présent. Moins pour dire l’enfermement concentrationnaire que pour raconter le retour de cet Orphée mourant. Robert est porteur d’une parole : une nouvelle, un évangile moderne, laïc et humaniste. Pour Mathieu Coblentz, il s’agit de donner à entendre la puissance de cette affirmation : toute tentative de hiérarchisation des êtres humains est une erreur. L’humain reste toujours humain.

Grâce aux récits de l’ami de Robert, Dionys Mascolo, et de celle qui était alors son épouse, Marguerite Duras, le spectacle reconstitue les événements infimes et gigantesques qui ont conduit à son retour, à sa « résurrection » jusqu’à l’écriture de L’Espèce humaine. Le fil narratif du sauvetage redonne à la fuite de Dachau son caractère épique. Robert, à l’arrière de la voiture, se met à parler ; ses mots se déversent, flot intarissable. En contrepoint, Dionys rend compte de la force de l’amitié tandis que l’attente douloureuse et suspendue de Marguerite étire la tension dramatique. Trois langues et trois pensées portées par trois interprètes de talent, qui font résonner, dans une traversée éminemment sensible, la puissance de la fraternité et de l’amour. À ces trois voix se mêle une quatrième, celle du Requiem de Mozart. Revisitée par deux musiciens chanteurs, elle entraîne le récit dans le rituel d’une cérémonie funèbre et lumineuse.

Mathieu Coblentz, qui présentait la saison passée son adaptation de Fahrenheit 451, poursuit ainsi son exploration du corpus littéraire du milieu du XXe siècle. Après la dystopie de Ray Bradbury, il s’attaque ici à une matière plus brute, en prise directe avec l’une des pages les plus sombres de l’Histoire. Il n’en perd pas moins le cap de sa compagnie, le Théâtre Amer, celui d’un théâtre fédérateur qui, mettant en scène les maux du monde, ravive l’espérance.

Biographies


Robert Antelme

Né en 1917, Robert Antelme entre dans la Résistance en 1943. Il est arrêté par la Gestapo puis déporté d’abord à Buchenwald, puis à Dachau d’où il fut libéré le 29 avril 1945, à la limite de l’épuisement. De retour en France, il cherche aussitôt à tirer de sa détention dans les camps de concentration un récit qui, au-delà d’un témoignage, constitue une réflexion sur la nature profonde de l’humanité. Dans l’Espèce humaine, publié en 1947, il met en lumière ce paradoxe qui finit par avoir raison de l’entreprise de destruction des nazis : en cherchant à nier l’humanité des déportés et à prouver leur supériorité sur les autres hommes, les SS aboutirent à l’inverse à montrer la commune appartenance des bourreaux et des victimes à une seule espèce. Il démissionna du Parti communiste français dès qu’il apprit l’existence de camps en Union soviétique ; en septembre 1960, il signa le Manifeste des 121, qui proclamait le droit à l’insoumission pendant la guerre d’Algérie. Il mourut le 26 octobre 1990 à l’hôpital des Invalides, à Paris.

Marguerite Duras

De son vrai nom Marguerite Donnadieu, elle est née au Nord de Saïgon en 1914. Sa famille étant ruinée, elle quitte l’Indochine pour la France où elle suit des études de droit. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle participe à la Résistance et voit Robert Antelme, son mari, revenir de déportation malade du typhus. Elle en fait le récit en 1985 dans La Douleur. À la Libération, elle s’engage au Parti communiste français. Elle en est exclue en 1950, mais continue de militer contre la guerre en Algérie ou pour le droit à l’avortement. Elle publie alors Un barrage contre le Pacifique, roman autobiographique adapté au cinéma. Elle rédigera plusieurs scénarios dont Hiroshima mon amour en 1959, puis passe à la réalisation en adaptant ses propres livres comme India Song. Elle écrit également des pièces de théâtre dès 1955 avec Le SquareDes journées entières dans les arbres en 1965 et Savannah Bay en 1982. Parmi ses œuvres phares, on peut citer Moderato cantabileLe Ravissement de Lol V. Stein ou encore Le Vice-Consul. En 1984, son roman L’Amant connaît un immense succès. Il est récompensé par le Prix Goncourt. Elle meurt à Paris à l’âge de 81 ans.

Dionys Mascolo

Écrivain, philosophe, essayiste, éditeur et acteur, il est né en 1916. Défini comme « ami » par nombres d’intellectuels – Maurice Blanchot, Albert Camus, Elio Vittorini, il place effectivement l’amitié, le lien à l’autre, à l’homme, au cœur de sa pensée politique et philosophique, dès son Introduction à des œuvres choisies de Saint-Just (parue en 1946) et jusque dans Le Communisme qu’il publie en 1953. Membre fondateur du Comité d’action contre la poursuite de la guerre en Afrique du Nord, il rallie, influence et inspire les mouvements libertaires et égalitaires aujourd’hui encore. Relisant la lettre que lui adressa Robert Antelme en 1945, il publie Autour d’un effort de mémoire, évocation du retour de Robert Antelme.

Mathieu Coblentz

Après des études d’histoire et de philosophie, il se forme aux techniques de la scène à l’école Claude Mathieu. Parallèlement, il dirige un lieu artistique parisien, La Vache Bleue. En 2005, il fonde la compagnie des Lorialets et monte avec Keziah Serreau et Agnès Ramy Jean et Béatrice de Carole Fréchette. En 2012, il écrit et joue Notre Commune, histoire méconnue racontée sur un char, sous la direction de Caroline Panzera.  Il met en scène plusieurs spectacles dans l’espace public (Les Crieuses publiques, La Visite express, Le Triporteur). La compagnie est accueillie en résidence durable par le Théâtre du Soleil.

Mathieu Coblentz joue et travaille notamment sous la direction de Marie Vaiana, Sylvie Artel, Hélène Cinque, Ido Shaked ou Jeanne Candel. Depuis 2005, il prend part aux créations de Jean Bellorini à différents postes : régisseur dans L’Opérette d’après L’Opérette imaginaire de Valère Novarina, comédien dans Tempête sous un crâne d’après Victor Hugo, collaborateur artistique pour La Dernière Nuit et L’Orfeo de Monteverdi, créés au festival de Saint-Denis, ainsi que pour La Cenerentola de Rossini à l’Opéra de Lille, Erismena de Cavalli au festival d’Aix-en-Provence, 1793 avec la Troupe éphémère du Théâtre Gérard Philipe, Kroum de Hanokh Levin au Théâtre Alexandrinski de Saint-Pétersbourg et Rodelinda de Händel à l’Opéra de Lille puis à Santiago du Chili.

En 2019, il fonde la compagnie Théâtre Amer qui intervient au Théâtre de Cornouaille, scène nationale de Quimper. En 2021, il adapte et met en scène Fahrenheit 451 d’après le roman de Ray Bradbury. Le spectacle est présenté au TNP dans le cadre du Centenaire du théâtre. Il recrée Notre Commune, histoire méconnue racontée sur un char, qu’il interprète aux côtés de Vincent Lefèvre.

Distribution

avec Mathieu Alexandre, Florent Chapellière, Vianney Ledieu, Camille Voitellier,  Jo Zeugma

dramaturgie Marion Canelas
collaboration artistique et scénographie Vincent Lefèvre
lumière Victor Arancio
son Simon Denis
construction du décor et confection des costumes les ateliers du TNP
construction de la voiture Philippe Gauliard

Le texte de Robert Antelme L’Espèce humaine est publié chez Gallimard.

Le texte de Marguerite Duras La Douleur est publié chez P.O.L.

Le texte de Dionys Mascolo Autour d’un effort de mémoire est publié aux éditions Maurice Nadeau.

Rendez-vous

  • Théâtromôme
    → garderie artistique le temps du spectacle
    dimanche 15 janvier
    plus d’infos

 

  • Les jeudis du TNP
    → prélude
    jeudi 19 janvier à 19h
    → rencontre après spectacle
    jeudi 19 janvier
    plus d’infos