Le Roi Lear

bandeau-roi-lear00-029226
Classique
de William Shakespeare mise en scène Christian Schiaretti
Du 10 janvier au 15 février 2014
Grand théâtre - Salle Roger Planchon

Du vendredi 10 janvier au samedi 15 février 2014
Création TNP
Horaire particulier : 19h30

Ça commence comme un conte et se prolonge en fable tragique, tumultueuse, traversée d’éclairs et d’abîmes. Depuis sa première apparition sur les scènes, ce roi est l’incarnation de la vieillesse ultime. À ce stade de sa vie, ce n’est pas la mort qu’il aborde en face mais ses trois filles. Lui, le guerrier redouté, a donné naissance à ce qui lui est le plus étranger : le féminin. Il se décide à le scruter et lui pose la question de l’amour. Veut-il en entendre (comprendre ) la nature ? Pour y parvenir, il met dans la balance ce dont il est le plus fier, et pour lequel il s’est souvent battu : son royaume. Il se déclare prêt à le partager en trois parts. Les proportions varieront selon la qualité des réponses de chacune de ses filles. La question posée est à la fois simple et immense. Habiles ou cupides, les deux premières filles sauront satisfaire l’attente du roi. Seule la troisième se refuse à chanter ses louanges et dit « l’aimer comme un père ». Pour cette trop brève réponse, ressentie comme sèche et dure, elle sera bannie tandis que les deux autres auront le royaume en partage. Sans trop tarder, elles prennent les rênes du pouvoir et enlèvent au roi déchu tous signes de puissance. Esseulé, dépouillé, suivi par son fou, il va alors entamer une inexorable descente vers les profondeurs de la détresse humaine… Pour cette traversée des épreuves, Christian Schiaretti s’est tourné vers le comédien Serge Merlin, qui a déjà interprété le rôle en 1987 et qui était récemment sur la scène du TNP dans Fin de partie de Beckett.

logos-roilear


Ce spectacle est actuellement complet. 

Néanmoins, des places peuvent se libérer jusqu’au dernier moment ; vous avez donc la possibilité de vous inscrire sur la liste d’attente auprès de la billetterie à billetterie@tnp-villeurbanne.com

Si vous vous êtes inscrits sur la liste d’attente et que vous n’avez pas été contacté la veille de la date retenue, aucune place n’est disponible. Dans ce cas, il est toujours possible de se présenter le soir-même une heure avant le début du spectacle pour vous inscrire sur une liste d’attente de dernière minute.

En tournée

© Michel Cavalca
© Christian Ganet

William Shakespeare Poète et auteur dramatique anglais, mort quelques années avant la naissance de Molière. Son œuvre comporte aussi bien des farces et des comédies, un genre qui à l’époque n’en était qu’à ses débuts, Beaucoup de bruit pour rien, Comme il vous plaira, Le Marchand de Venise, que des drames historiques, inspirés des pièces de l’Antiquité, Richard II et Richard III, Henri IV et Henri V, Jules César, Antoine et Cléopâtre. Mais c’est peut-être avec ses tragédies qu’il atteint l’apogée de son art, thématisant l’ingratitude, la soif du pouvoir, la folie, la violence des passions humaines à travers des caractères primitifs, puérils, romantiques ou torturés. On lui doit des œuvre capitales : Othello, Hamlet, Roméo et Juliette, Le Roi Lear et Macbeth

Christian Schiaretti dirige la Comédie de Reims de 1991 à 2002. Il est directeur du TNP depuis janvier 2002 où il a présenté Mère Courage et ses enfants et L’Opéra de quat’sous de Bertolt Brecht, Père, Mademoiselle Julie et Créanciers de August Strindberg, L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel, 7 Farces et Comédies de Molière, Philoctète de Jean-Pierre Siméon, Siècle d’or : Don Quichotte, Don Juan, La Célestine ; Joseph d’Arimathie et Merlin l’enchanteur (avec Julie Brochen) du Graal Théâtre de Florence Delay et Jacques Roubaud, Mai, juin, juillet de Denis Guénoun, Une Saison au Congo de Aimé Césaire. Pour l’inauguration du nouveau Grand théâtre, il crée Ruy Blas de Victor Hugo, le 11 novembre 2011. Ses spectacles, Coriolan de William Shakespeare, 2006, et Par-dessus bord de Michel Vinaver, 2008, ont reçu de nombreux prix. Très attaché à un théâtre du répertoire, Christian Schiaretti reprend régulièrement ses créations avec les comédiens de la troupe. En savoir plus.

Avec 
Serge Merlin Lear, roi de Grande-Bretagne
Pauline Bayle Cordélia, fille de Lear
Andrew Bennett Le fou de Lear   
Magali Bonat Régane, fille de Lear
Olivier Borle* Oswald, intendant de Goneril
Paterne Boungou** Curan, courtisan
Clément Carabédian* Le roi de France, gentilhomme
Philippe Duclos Le comte de Gloucester
Philippe Dusigne** Un vieillard, métayer de Gloucester ; Un médecin
Christophe Maltot Edgar, fils de Gloucester
Mathieu Petit Le duc de Bourgogne
Clara Simpson** Goneril, fille de Lear 
Philippe Sire Le duc d’Albany, mari de Goneril
Julien Tiphaine* Le duc de Cornouailles, mari de Régane
Vincent Winterhalter Le comte de Kent
Marc Zinga Edmond, le bâtard de Gloucester
et Victor Bratovic, Romain Bressy, Franck Fargier, Lucas Fernandez,
Florent Maréchal, Sven Narbonne, Joël Prudent, Loïc Yavorsky
*Comédiens de la troupe du TNP, ** Comédiens de la Maison des comédiens

Texte français Yves Bonnefoy
dramaturgie Florent Siaud 
scénographie et accessoires Fanny Gamet d’après une idée de Christian Schiaretti
costumes Thibaut Welchlin
lumières Julia Grand
coiffures, maquillages Romain Marietti
son Laurent Dureux 
collaboratrice artistique Michèle Merlin
assistante à la mise en scène Yasmina Remil
élève-assistante de l’ENSATT Julie Guichard
stagiaire à la mise en scène Pauline Picot

Production Théâtre National Populaire, coproduction Théâtre de la Ville, Paris
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National

Armelle Héliot Le Figaro.
“Un personnage ici porté par un comédien de légende, qui a déjà joué Lear en 1986 et qui, à 81 ans, atteint de l’incarnation et la quintessence spirituelle du vieux roi fascinant, humain magnifiquement humain. Il a demandé à Christian Schiarreti de le mettre en scène et celui-ci, qui a signé la saison dernière un travail époustouflant sur Une Saison au Congo d’Aimé Césaire, propose une version magistrale de la tragédie, dirigeant chacun avec puissance, musicalité, subtilité. Et fondus enchaînés haletants.”

Nadja Pobel Le Petit Bulletin.
“A chaque fois un constat s’impose : c’est impeccable, si ce n’est impérial. Le Roi Lear ne déroge pas à la règle avec ces vingt-cinq comédiens sur scène, ses quatre heures de jeu et son décor épuré mais diablement intelligent. (…) A l’instar de Coriolan ou d’Une Saison au Congo, l’ascétisme scénique (un seul environnement valant pour tous les lieux de l’action) de Christian Schiaretti ne révéle pas d’une faiblesse mais d’une croyance absolue dans l’évocation théâtrâle. Et creuse cette veine vilarienne d’un théâtre public pouvant se targuer d’être populaire.”

Etienne Faye Journal 491.
“Ce qu’il y a de formidable, et d’assez rare, c’est que l’ensemble de la troupe (…) se met au diapason du roi. (…) Et lorsque la pièce évoque les deux corps du roi, l’immortel et le symbolique s’opposant à l’humain, un orage fantastique semble sortir de la tête de Serge Merlin, et s’abattre sur lui. Le spectateur, qui y entend l’écho de la nature, sent aussi le terreau humide qui embaume.”

Extrait du spectacle

Dans les coulisses de la création

Théâtromôme autour de Le Roi Lear
Pendant que les parents assistent au spectacle, les enfants sont accueillis dans un atelier en lien avec l’activité théâtrale.

AU PROGRAMME
La vieillesse : sagesse ou folie, qui fait la loi ?
Un atelier autour des représentations de la vieillesse. Quels sont les mots et les images que les enfants peuvent y associer ?

Dimanche 19 janvier 2014, à 16h00
Dimanche 9 février 2014, à 16h00

Réservations auprès de la billetterie : 04 78 03 30 00

Les personnes malvoyantes ou non-voyantes peuvent suivre en direct la description du spectacle au moyen d’un casque à haute fréquence. 
La représentation est précédée d’une approche tactile du décor. 
Pour bénéficier de ce dispositif d’accompagnement, il est nécessaire de se signaler lors de la réservation des places.

  • Mercredi 29 janvier 18h approche tactile, 19h30 spectacle
  • Dimanche 2 février 14h30 approche tactile, 16h00 spectacle

 En savoir plus sur les Audiodescriptions

  • Carte blanche au Cinéma Le Comœdia, samedi 25 janvier, 10h30
    En savoir plus

 

  • Résonance à l’Université Lumière Lyon 2, lundi 3 février 2014, à 18h30
    De la querelle de l’héritage à l’impasse de la transmission, les enjeux de l’intime et du politique dans la folie de Lear.
    En savoir plus

 

  • Rencontre au Bar du Petit théâtre , samedi 8 février, 11h00
    En savoir plus



Au même moment...