Création
1983, illustration du spectacle au TNP

1983

1983, illustration du spectacle au TNP

conception Alice Carré et Margaux Eskenazi
écriture Alice Carré
mise en scène
Margaux Eskenazi

Du mercredi 9 novembre
au dimanche 20 novembre 2022
Petit théâtre • salle Jean-Bouise
Durée : 2h15

du mardi au samedi à 20h30 sauf jeudi à 20h, dimanche à 16h, relâche le lundi

Les dates réserver

lunmarmerjeuvensamdim
novembre 2022
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
Billetterie

Les tarifs

  • 25 € plein tarif
  • 20 € retraités, groupe (dès 8 pers.)
  • 14 € demandeurs d’emploi, accompagnateurs PSH…
  • 12 € moins de 30 ans...
  • 7 € bénéficiaires minima sociaux

Détail des tarifs

Restez informé : newsletter

À propos

Margaux Eskenazi et Alice Carré sont de retour au TNP. Dans la lignée du spectacle Et le cœur fume encore, présenté la saison passée, elles prolongent leur réflexion sur la construction des identités françaises et des mémoires oubliées. De quels récits avons-nous hérité ? Quels récits souhaitons-nous écrire pour notre présent ? Pour creuser ces interrogations et mieux appréhender notre société contemporaine, elles placent cette fois-ci la focale sur une année de bascule, 1983.

En 1983, vingt ans après la guerre d’Algérie, se pose la question de l’intégration des enfants dits de la deuxième génération d’immigration. Fils et filles de harkis ou de militants et militantes du FLN, ils ont passé leur enfance ou adolescence sur le sol français. À l’automne, débute La Marche pour l’égalité et contre le racisme : de Marseille à Paris en passant par Vénissieux, les marcheurs revendiquent leur place dans la société française, en tant qu’enfants d’immigrés. Le président socialiste François Mitterrand donnera raison à l’une de leurs revendications : la carte de séjour de dix ans. Ces enfants-marcheurs seront désormais inscrits sur le territoire français. Mais le temps de l’euphorie retombe bien vite, et l’espoir insufflé est rapidement démenti : la recrudescence des crimes racistes, les violences policières, la montée de l’extrême droite ou la ghettoïsation des populations immigrées sont les signes manifestes de la rupture qui s’engage entre la nation et ses quartiers populaires – jusqu’aujourd’hui.

S’appuyant sur des recherches historiques approfondies et des enquêtes auprès des marcheurs et marcheuses et de leurs descendants, l’écriture dessine une poétique singulière avec, à l’honneur, la musique de Rachid Taha et de son groupe Carte de Séjour. La compagnie Nova réunit ici les ingrédients qui font sa force et sa singularité : une troupe engagée, une écriture de plateau sur un temps long et la quête tenace d’une friction entre le réel et le théâtre. À la jonction de l’intime et du collectif, les artistes interrogent la notion d’engagement et sillonnent des questions fondamentales : comment les mémoires se transmettent-elles, ou non, au sein d’une famille ? Et au sein d’une société ?

Biographies

Alice Carré

Après un master d’Études Théâtrales à l’École Normale Supérieure, elle entreprend un doctorat en Arts du spectacle dédié à la scénographie contemporaine et aux espaces vides (Université Paris Nanterre). Elle enseigne le théâtre à l’Université de Nanterre et de Poitiers pendant six ans, et anime différents ateliers d’écriture et de jeu. Elle se forme au théâtre en tant qu’assistante à la mise en scène auprès de Christian Schiaretti, Philippe Adrien et Hélène Delavault. Accompagnant des projets en tant que dramaturge, elle s’intéresse aux processus de création les plus variés. La dramaturgie l’amène à l’écriture, avec le texte de Leave to live, écrit à partir des témoignages d’ex-enfants soldats de RD-Congo, et Fara Fara, questionnant les tiraillements identitaires de la jeunesse congolaise. Elle continue son travail autour des amnésies coloniales, notamment avec la dramaturgie, la conception et l’écriture de Nous sommes de ceux qui disent non à l’ombre, mis en scène par Margaux Eskenazi en 2017. En 2018, elle collabore avec Aurélia Ivan, pour la création d’Aujourd’hui, spectacle sur l’exclusion de la vie publique des populations dites Rom. Récemment, elle travaille aux côtés d’Olivier Coulon-Jablonka pour l’écriture d’Aux armes, et caetera et pour la commande d’une pièce d’actualité. Avec Margaux Eskenazi et la compagnie Nova, elle crée Nous sommes de ceux qui disent non à l’ombre et Et le coeur fume encore, présenté au TNP en 2021.

Margaux Eskénazi

Après un master de recherche en études théâtrales à Paris III (Sorbonne-Nouvelle), elle est admise au Conservatoire national supérieure d’art dramatique en formation continue à la mise en scène en 2013. De 2009 à 2011, elle intègre le comité de lecture du Théâtre du Rond-Point auprès de Jean-Michel Ribes. Elle développe une activité d’assistanat à la mise en scène auprès d’Eric Didry, Nicolas Bouchaud, Tatiana Vialle, Jean-Michel Ribes, Jean-Claude Grumberg. En 2014, elle présente au CNSAD une maquette de sortie, Nous sommes de ceux qui disent à l’ombre, où elle s’intéresse aux auteurs de la négritude (Léon-Gontran Damas, Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire). Elle assiste Vincent Goethals pour Les Sacrifiées et collabore auprès de Xavier Gallais pour les Journées de juin 2014, 2015 et 2016. En 2007, elle fonde la Compagnie Nova. Elle met en scène Quartett d’Heiner Müller, Hernani de Victor Hugo et Richard III d’après William Shakespeare. Son travail est fortement implanté en Seine-Saint-Denis où sa compagnie met en place de nombreuses actions culturelles. Elle a été associée aux Lilas, à la Ferme Godier à Villepinte, au Studio Théâtre de Stains, au Collectif 12 à Mantes-la-Jolie et au Théâtre Gérard Philipe à Saint-Denis. Elle est collaboratrice artistique de Cécile Backès au CDN de Béthune, de Clément Poirée au Théâtre de la Tempête et du Birgit Ensemble (Julie Bertin et Jade Herbulot). Elle conçoit régulièrement des dramaturgies de documentaires pour France Ô, produit par Axe Sud et réalisé par Julien Faustino. Depuis janvier 2020, elle est artiste invitée au TNP. En 2021, elle y a présenté Et le cœur fume encore, conçu avec Alicé Carré.

Distribution

avec Armelle Abibou, Loup Balthazar, Salif Cisse, Anissa Kaki, Malek Lamraoui, Yannick Morzelle, Raphaël Naasz, Éva Rami

scénographie Julie Boillot-Savarin
lumière Mariam Rency
son Antoine Prost
vidéo Quentin Vigier
costumes Sarah Lazaro
régie générale Marine Flores
construction du décor et confection des costumes les ateliers du TNP

Rendez-vous

  • Les jeudis du TNP
    → prélude
    jeudi 10 novembre à 19h
    → rencontre après spectacle
    jeudi 10 novembre
    plus d’infos

 

  • Théâtromôme
    → garderie artistique le temps du spectacle
    dimanche 13 novembre
    plus d’infos

 

  • Audiodescription
    → jeudi 17 novembre
    en collaboration avec l’Université Lumière Lyon 2 dans le cadre du master Arts de la scène
    plus d’infos