TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

Cahier d’un retour au pays natal

DU MARDI 13 AU SAMEDI 17 DÉCEMBRE 2016 et DU MARDI 3 AU SAMEDI 7 JANVIER 2017. Colonisation, esclavage, long et tumultueux dialogue de l’Afrique et de l’Europe avec en son centre la question antillaise, nœud gordien d’un commerce triangulaire… Césaire, dans cette oeuvre, cristallise sa pensée, le fruit de ses recherches, de ses études, de sa colère, de sa passion et de son besoin de justice.

Ce spectacle s’inscrit dans le cadre du cycle Aimé Césaire au TNP #cycleCésaireTNP.

À propos

Du mardi 13 au samedi 17 décembre 2016
Du mardi 3 au samedi 7 janvier 2017

L’oralité est à coup sûr le médium parfait pour faire entendre et comprendre, dans un même mouvement, le flot continu de cette parole ample, généreuse, sauvage. Magnétisme d’une pensée qui se refuse à séparer l’union magique de la poésie et de la politique. Immense palimpseste écrit et remanié sur près de vingt ans, son élaboration commence dès 1935, alors que Césaire est encore en métropole. Étudiant brillant, il écrivait déjà beaucoup de poèmes, mais un jour il déchire tout, disant que ce n’est pas cela la poésie. Naît alors ce Cahier du retour au pays natal, ni pamphlet, ni ode, ni monologue et pourtant tout cela à la fois. La structure du poème, en apparence chaotique, épouse le cheminement d’une conscience entre espoir et renoncement, haine et amour, aimantée par un irrépressible besoin de comprendre et de faire sien l’héritage historique d’une négritude. Colonisation, esclavage, long et tumultueux dialogue de l’Afrique et de l’Europe avec en son centre la question antillaise, nœud gordien d’un commerce triangulaire… Césaire, dans cette œuvre, cristallise sa pensée, le fruit de ses recherches, de ses études, de sa colère, de sa passion et de son besoin de justice. André Breton découvre le manuscrit en 1941 : « C’est tout simplement le plus grand monument lyrique de notre temps. »

Ce spectacle s’inscrit dans le cadre du cycle Aimé Césaire au TNP #cycleCésaireTNP. En savoir plus

En partenariat avec
  arte_logo_rgb-petit-90logo_mediapart-petit-90logo-f-culture-petot-100

© Christian Ganet / Stéphane Rouaud

Biographies

Aimé Césaire (1913-2008) est l’un des fondateurs du mouvement littéraire et politique de la négritude. Né à Basse-Pointe en Martinique, il part faire ses études en France et entre à l’École Normale Supérieure. Au contact d’étudiants africains comme Léopold Sédar Senghor, il prend conscience de l’impact du colonialisme sur les pratiques culturelles des peuples dominés. En 1939, il retourne en Martinique et achève l’écriture du Cahier d’un retour au pays natal qui marque la naissance d’une expression poétique aux accents surréalistes, confirmée par Breton lui-même et par la parution du recueil Soleil cou coupé, 1946. C’est en 1950 qu’est publié le Discours sur le colonialisme dans la revue Présence Africaine. Communiste impliqué mais critique, il dénonce le stalinisme de Thorez avant de créer le Parti Progressiste Martiniquais et devient député de la Martinique à l’Assemblée Nationale, puis conseiller général de Fort-de- France. Immense poète, Aimé Césaire a aussi écrit pour le théâtre, Et les chiens se taisaient, La Tragédie du roi Christophe, et a rédigé de nombreux essais sur la question de l’identité noire. Il entre au Panthéon en 2011.

Olivier Borle, d’abord formé à l’École du Théâtre National de Chaillot, fait partie de la 62e promotion de l’ENSATT. Membre de la troupe du TNP pendant plusieurs années, il a joué dans de nombreuses mises en scène de Christian Schiaretti, notamment : L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel, Par-dessus bord de Michel Vinaver, 7 Farces et Comédies de Molière, Une Saison au Congo de Aimé Césaire, Le Roi Lear de William Shakespeare… Il travaille également sous la direction de Baptiste Guiton, Nathalie Garraud, David Mambouch, Philippe Mangenot et Emmanuelle Praget. Il met en scène Oreste d’Euripide et Pitbull de Lionel Spycher, Premières Armes et Walk Out de David Mambouch au TNP. Il fonde en 2013 le Théâtre Oblique puis met en scène et interprète Cahier d’un retour au pays natal de Aimé Césaire et Les Damnés de William Cliff.

Distribution

avec Olivier Borle

assistant à la mise en scène Sven Narbonne
collaboration artistique Clément Carabédian
décor Benjamin Lebreton
lumière Stéphane Rouaud

production Le Théâtre Oblique

création au Théâtre de l’Élysée, Lyon, octobre 2014

Vidéos

 

 

 

En lien avec le spectacle

  • Rencontre après spectacle
    Jeudi 5 janvier à l’issue de la représentation, nous vous invitons à rencontrer des membres de l’équipe artistique.

 

  • Dipenda, soirée musicale avec Fabrice Devienne et ses musiciens
    Dimanche 12 février à 20h30. Retrouvez toute l’équipe du spectacle La Tragédie du roi Christophe de Aimé Césaire autour d’une soirée musicale avec Fabrice Devienne et ses musiciens. Entrée libre et gratuite.

Documents