TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

Le Couronnement de Poppée

Spectacle programmé par l’Opéra de Lyon dans le cadre du Festival Mémoires

À l’aube de l’avènement de l’opéra, riche en amours tragiques, il y a celles, brûlantes de passion, de Poppée et de Néron. Malgré des doutes sur la paternité de l’œuvre, nés des découvertes des manuscrits successifs, l’œuvre est un coup de maître. Les personnages atteignent le rang de hautes figures. Chacun y a sa part d’ombre et de lumière, d’ambiguïté aussi : une Poppée amoureuse et ambitieuse, un Néron touché par le couple Othon-Drusilla pourtant promis au supplice. Au sommet musical, le fameux duo « Pur ti miro » ; au sommet de l’émotion, l’adieu de Sénèque à la vie et celui d’Octavie au pouvoir. Enchevêtrement d’amours, de complots et de politique avec ses conséquences : meurtres, répudiations, exil. N’est-ce pas à ce prix que s’aiment les monstres ? Pour démêler l’écheveau des affects, c’est un des plus importants metteurs en scène des quarante dernières années qui est à l’œuvre. Il a recours à une esthétique épurée, puisée dans les fresques pompéiennes et le paysage n’est pas sans rappeler certains tableaux de la Renaissance.

Dès son apparition au Festival d’Aix-en- Provence en 1999, ce spectacle s’est inscrit comme un événement majeur de l’histoire des productions opératiques.

À propos

Spectacle programmé par l’Opéra de Lyon

dans le cadre du Festival Mémoires

Opéra de Lyon

À l’aube de l’avènement de l’opéra, riche en amours tragiques, il y a celles, brûlantes de passion, de Poppée et de Néron. Malgré des doutes sur la paternité de l’œuvre, nés des découvertes des manuscrits successifs, l’œuvre est un coup de maître. Les personnages atteignent le rang de hautes figures. Chacun y a sa part d’ombre et de lumière, d’ambiguïté aussi : une Poppée amoureuse et ambitieuse, un Néron touché par le couple Othon-Drusilla pourtant promis au supplice. Au sommet musical, le fameux duo « Pur ti miro » ; au sommet de l’émotion, l’adieu de Sénèque à la vie et celui d’Octavie au pouvoir. Enchevêtrement d’amours, de complots et de politique avec ses conséquences : meurtres, répudiations, exil. N’est-ce pas à ce prix que s’aiment les monstres ? Pour démêler l’écheveau des affects, c’est un des plus importants metteurs en scène des quarante dernières années qui est à l’œuvre. Il a recours à une esthétique épurée, puisée dans les fresques pompéiennes et le paysage n’est pas sans rappeler certains tableaux de la Renaissance.

Dès son apparition au Festival d’Aix-en- Provence en 1999, ce spectacle s’est inscrit comme un événement majeur de l’histoire des productions opératiques.

Biographies

Claudio Monteverdi

Claudio Monteverdi est un compositeur italien dont l’œuvre marque la transition entre musique de la Renaissance et musique baroque. Après avoir publié des petits cantiques sacrés et des madrigaux à quatre voix, il se fait connaître, à vingt ans, lors de la parution de son Premier livre de madrigaux – il y en aura huit en tout. En 1590, Monteverdi est engagé par le duc Vincenzo de Mantoue comme instrumentiste, puis comme maître de chapelle. Il se consacre aux madrigaux et à la musique sacrée, Les Vêpres de la Vierge, mais également au genre nouveau de l’opéra, d’abord avec L’Orfeo en 1607. Cette œuvre scénique, immense succès, marque d’après certains la naissance de l’opéra. En 1613, Monteverdi devient maître de chapelle de San Marco de Venise, poste qu’il occupe jusqu’à sa mort. De son œuvre, il nous reste deux opéras majeurs, Le retour d’Ulysse dans sa patrie et Le couronnement de Poppée.

Klaus Michael Grüber

Klaus Michael Grüber, né en 1941 en Allemagne, aura influencé bon nombre de ses contemporains parmi lesquels Patrice Chéreau, Luc Bondy et Robert Wilson. D’abord assistant du metteur en scène et cofondateur du Piccolo Teatro de Milan Giorgio Strehler, il a appris au cours de ses années d’exil en Italie l’artisanat du théâtre, la direction d’acteur et l’exigence absolue du métier de metteur en scène. Au Piccolo, il met en scène Off limits de Adamov avant de retourner dans sa patrie pour travailler au Schauspielhaus de Francfort où il met en scène Dans la jungle des villes de Brecht. Son Faust Salpêtrière, d’après Goethe, le révèle au public français. Il meurt en 2008 dans sa maison de Belle-Îleen- Mer. Il était chevalier de la Légion d’honneur, commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres et membre de l’Akademie der Künste de Berlin.

Distribution

L’Incoronazione di Poppea Opéra en trois actes avec prologue, 1643.

livret de Giovanni Francesco Busenello
mise en scène Klaus Michaël Grüber, reprise par Ellen Hammer
décors Gilles Aillaud, repris par Bernard Michel
costumes Rudy Sabounghi
lumières Dominique Borrini

Solistes du studio de l’Opéra de Lyon
Les Nouveaux Caractères

production Opéra de Lyon
en partenariat avec le Théâtre National Populaire

recréation de la production originale du Festival d’Aix-en-Provence (1999)

En lien avec le spectacle

  • École du spectateur organisée par l’Opéra de Lyon : présentation de l’opéra Le Couronnement de Poppée, jeudi 16 mars à 18h au TNP. En savoir plus