TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

Des images et des voix pour célébrer dès maintenant le Centenaire du TNP

Pour l’année de son Centenaire, chaque vendredi, le TNP propose de découvrir un document audio ou vidéo retraçant les plus riches heures de son histoire.

À propos

En raison de l’épidémie du Covid-19 et de la fermeture des établissements culturels au public jusqu’à une date indéterminée, le Centenaire est reporté d’une année. Il sera célébré à l’automne 2021.

En attendant cette célébration réelle, le TNP a proposé chaque vendredi du 3 avril au 12 juin 2020 de découvrir un document audio, vidéo ou photographique retraçant les plus riches heures de son histoire.

Ce programme, construit en partenariat avec l’INA et la Maison Jean Vilar, alterne pièces et documents d’archives, dévoilant en son et en images le travail de ceux qui ont poursuivi le rêve de Firmin Gémier, fondateur du Théâtre National Populaire.

Jacno, un homme de caractères

Jacno, un homme de caractères

Graphiste de Jean Vilar, Marcel Jachnovitch dit « Jacno » a inventé l’identité visuelle du TNP et du Festival d’Avignon. Célèbre notamment pour son travail autour du paquet de Gauloises ou pour les parfums Revillon et Guerlain, il signe les affiches du TNP pendant près de vingt ans, crée le logo et imagine le caractère Chaillot, imitant le style pochoir. Son travail, initié dans les années 50, est toujours d’actualité… Depuis plus de 60 ans, le logo du TNP est resté intact ! Dès ses premières esquisses, son geste apparaît, empreint d’une esthétique révolutionnaire et symptomatique d’un théâtre novateur.

 

Étude préparatoire pour l’identité visuelle du TNP, Marcel Jacno, 1951

Étude préparatoire pour l’identité visuelle du TNP, Marcel Jacno, 1951

 

Alphabet du caractère Chaillot pour le TNP, Marcel Jacno

Alphabet du caractère Chaillot pour le TNP, Marcel Jacno

 

Affichettes composées avec le caractère Chaillot pour le TNP, Marcel Jacno

Affichette composée avec le caractère Chaillot pour le TNP, Marcel Jacno

Affichette composée avec le caractère Chaillot pour le TNP, Marcel Jacno

 

Essais de couleurs pour le logo du TNP, Marcel Jacno

Essai de couleur pour le logo du TNP, Marcel Jacno

Essai de couleur pour le logo du TNP, Marcel Jacno

 

© Jacno
Remerciements à Corine Juresco et à la Maison Jean Vilar

#centenaireTNP

Agnès Varda 2/2

Agnès Varda

Deuxième partie

À tout juste vingt ans, Agnès Varda assiste à la naissance de deux aventures théâtrales : celle du Festival d’Avignon, alors nommé « Semaine d’Art », et celle de la troupe du TNP.

À la demande de Jean Vilar, elle est présente dès la deuxième édition du festival, en 1948. À travers ses photographies devenues célèbres, elle capte l’atmosphère frémissante et passionnée de ce double événement théâtral. De la Cour d’honneur au Palais de Chaillot, elle accompagne la troupe du TNP jusqu’en 1960. En 1954, lorsqu’elle réalise son premier film, La Pointe courte, elle recrute d’ailleurs Philippe Noiret et Silvia Monfort.

Ses photographies, qui constituent un fonds magistral, sont un témoignage unique des années Vilar. Portraits d’acteurs et d’actrices (toujours pris en dehors des représentations), répétitions, coulisses ou simples moments de vie, cette sélection met en lumière la grande variété de ses clichés.

 

Jeanne Moreau dans les jardins de la Cour d’honneur du Palais des papes

Jeanne Moreau dans les jardins de la Cour d'honneur du Palais des papes

 

Jeanne Moreau

Jeanne Moreau

 

Suzanne et Valentine Schlegel préparent des éléments de décor

Suzanne et Valentine Schlegel préparent des éléments de décor

 

Bain de soleil entre deux répétitions (Jeanne Moreau, Monique Chaumette)

Bain de soleil entre deux répétitions (Jeanne Moreau, Monique Chomette)

 

Gérard Philipe dans la grande cour du Palais des papes

Gérard Philipe dans la grande cour du Palais des papes

 

Jean Vilar et Gérard Philipe dans la grande cour du Palais des papes (1958)

Jean Vilar et Gérard Philipe dans la grande cour du Palais des papes (1958)

 

Jean Vilar et Maria Casarès, Marie Tudor (1955)

Jean Vilar et Maria Casarès, Marie Tudor (1955)

 

Jean Vilar et ses comédiens (1958)

Jean Vilar et ses comédiens (1958)

 

La troupe au café du Coq après une représentation de Ruy Blas (1954)

La troupe au café du Coq après une représentation de Ruy Blas (1954)

 

La Nouvelle mandragore (1952)

La Nouvelle mandragore (1952)

 

© Agnès Varda – Succession Varda

#centenaireTNP

Agnès Varda 1/2

Agnès Varda

Première partie

À tout juste vingt ans, Agnès Varda assiste à la naissance de deux aventures théâtrales : celle du Festival d’Avignon, alors nommé « Semaine d’Art », et celle de la troupe du TNP.

À la demande de Jean Vilar, elle est présente dès la deuxième édition du festival, en 1948. À travers ses photographies devenues célèbres, elle capte l’atmosphère frémissante et passionnée de ce double événement théâtral. De la Cour d’honneur au Palais de Chaillot, elle accompagne la troupe du TNP jusqu’en 1960. En 1954, lorsqu’elle réalise son premier film, La Pointe courte, elle recrute d’ailleurs Philippe Noiret et Silvia Monfort.

Ses photographies, qui constituent un fonds magistral, sont un témoignage unique des années Vilar. Portraits d’acteurs et d’actrices (toujours pris en dehors des représentations), répétitions, coulisses ou simples moments de vie, cette sélection met en lumière la grande variété de ses clichés.

 

Mère Courage (1959)

Mère Courage (1959)

 

Jean Vilar dans sa loge, L’Avare (1952)

Jean Vilar dans sa loge, L’Avare (1952)

 

Jean Vilar, Richard II (1952-1953)

Jean Vilar, Richard II (1952-1953)

 

Gérard Philipe, Jean Vilar et Léon Gischia dans la cour du Palais des Papes (1952)

Gérard Philipe, Jean Vilar et Léon Gischia dans la cour du Palais des Papes (1952)

 

Gérard Philipe et Jean Vilar (1958)

Gérard Philipe et Jean Vilar (1958)

 

Nucléa (1952)

Nucléa (1952)

 

Jean Vilar à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, Lorenzaccio (1958)

Jean Vilar à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, Lorenzaccio (1958) - Le salut final, Macbeth (1954)

 

Le salut final, Macbeth (1954)

Le salut final, Macbeth (1954)

 

Lorenzaccio (1952)

Lorenzaccio (1952)

 

Nucléa (1952)

Nucléa (1952)

© Agnès Varda – Succession Varda

#centenaireTNP

 

Jean Vilar acteur

Jean Vilar acteur

Directeur du TNP de 1951 à 1963, Jean Vilar crée plus de 80 spectacles qui accueillent plus de 5 millions de spectateurs. Que ce soit sur le plat​eau du Théâtre de Chaillot, à Paris, ou dans la Cour d’Honneur du Palais des Papes, au Festival d’Avignon, il a dû composer avec des espaces scéniques gigantesques. Le plateau de Chaillot était ainsi surnommé « le monstre ».

Pour tirer parti de cette immen​sité, les mises en scène de Jean Vilar donnent une place centrale aux acteurs. Dans un espace très épuré, les corps se détachent, éclairés par des lumières très fortes. Selon lui, « c’est un décor où le geste du comédien doit pouvoir conserver une valeur de paraphe, où son corps doit avoir le maximum de présence. » Il va jusqu’à revendiquer un art austère, limité aux « lois pures et spartiates de la scène », et toujours au service du texte.

Entouré par une troupe d’acteurs et d’actrices animés par le même engagement théâtral, Jean Vilar est lui-même interprète de nombreux spectacles. Formé par Charles Dullin au Théâtre de l’Atelier, il gardera toujours le goût du jeu. Cette sélection de photographies donne un aperçu de l’étendue de son répertoire.​

 

L’Avare de Molière. Jean Vilar. Paris, TNP, 1962

L'Avare de Molière. Jean Vilar. Paris, Théâtre National Populaire, 1962.

 

Dom Juan de Molière. Jean Vilar. Paris, TNP, décembre 1953

"Dom Juan" de Molière. Jean Vilar. Paris, T.N.P., décembre 1953.

 

La Danse de mort (Dödsdansen), pièce d’August Strindberg. Jean Vilar. Paris, Studio des Champs-Elysées, novembre 1948

La Danse de mort (Dödsdansen), pièce d'August Strindberg. Jean Vilar. Paris, Studio des Champs-Elysées, novembre 1948.

 

Macbeth de Shakespeare. Jean Vilar. Festival d’Avignon, juillet 1954

Macbeth de Shakespeare. Jean Vilar. Festival d'Avignon, juillet 1954.

 

Jean Vilar dans La Danse de mort de Strindberg. Paris, Studio des Champs- Elysées, novembre 1948

Jean Vilar dans La Danse de mort de Strindberg. Paris, Studio des Champs-Elysées, novembre 1948.

 

Jean Vilar dans La Résistible ascension d’Arturo Ui de B. Brecht. Paris, TNP, novembre 1960

Jean Vilar dans La Résistible ascension d'Arturo Ui de B. Brecht. Paris, TNP, novembre 1960.

 

Le Faiseur de Balzac. Jean Vilar. Paris, TNP, février 1957

Le Faiseur de Balzac. Jean Vilar. Paris, TNP, février 1957.

 

La Paix, pièce d’Aristophane. Jean Vilar. Paris, TNP, décembre 1960

La Paix, pièce d'Aristophane. Jean Vilar. Paris, TNP, décembre 1960.

 

Jean Vilar dans Henri IV de Pirandello. Paris, théâtre de l’Atelier, octobre 1950

Jean Vilar dans Henri IV de Pirandello. Paris, théâtre de l'Atelier, octobre 1950.

 

Jean Vilar dans Oedipe d’André Gide. Paris, théâtre Marigny, avril 1951

Jean Vilar dans Oedipe d'André Gide. Paris, théâtre Marigny, avril 1951.

© Studio Lipnitzki/Roger-Viollet

#centenaireTNP

Maria Casarès

Maria Casarès, une force solaire (1922-1996)

émission « Une vie, une oeuvre » de France Culture

Photo de Maria Casarès accrochée dans le bureau de la Maison Maria Casarès © Salem Mostefaoui. Nos remerciements à la Maison Maria Casarès.

Née en Galice en 1922, Maria Casarès fuit la Guerre d’Espagne pour Paris en 1936. Elle entame une carrière de comédienne, et devient l’une des plus grandes tragédiennes françaises de la seconde moitié du XXe siècle. Après un bref passage à la Comédie-Française, Jean Vilar lui propose le rôle de Lady Macbeth pour le 8e Festival d’Avignon. Florence Marguier-Forsythe, biographe, commente son interprétation de la scène du somnambulism​e : « L’audace, la singularité et la modernité que Maria Casarès va apporter sur le plateau du TNP, c’est qu’elle chorégraphie cette scène. (…) On a l’impression qu’elle pousse devant elle des forces invisibles. » De 1954 à 1959, Maria Casarès rejoint ainsi l’aventure de la troupe du TNP. Lorsqu’elle choisit de poursuivre sa route sur d’autr​​es chemins, Jean Vilar lui adresse ces mots : « Nous te regretterons… Au nom de tous, je te remercie de ce que tu as fait avec nous et pour nous. »​

© Radio France / France Culture

#centenaireTNP

 

Jean Vilar et sa troupe 2/2

Jean Vilar et sa troupe

Deuxième partie

Ces photographies peu connues des années où Jean Vilar dirige le TNP (1951-1963) témoignent de la vitalité de ses créations. Il présente alors jusqu’à quatre spectacles par saison, avec des textes d’auteurs français ou étrangers, classiques ou contemporains. Au Festival d’Avignon, au Théâtre de Chaillot ou au Théâtre de la Cité Jardin de Suresnes, les spectateurs et spectatrices prennent plaisir à retrouver sur scène les comédiens et comédiennes de la troupe du TNP…

 

Le Mariage de Figaro de Beaumarchais. Mise en scène de Jean Vilar. Silvia Monfort et Daniel Sorano. Paris, TNP, janvier 1957

Le Mariage de Figaro de Beaumarchais. Mise en scène de Jean Vilar. Silvia Monfort et Daniel Sorano. Paris, TNP, janvier 1957

Jean Vilar s’intéresse moins à la comédie d’intrigue qu’à l’aspect social et revendicateur de la pièce de Beaumarchais. Les personnages acquièrent une profondeur nouvelle, à l’image du Figaro de Daniel Sorano : tantôt révolté, tantôt mélancolique voire rêveur… La personnalité des acteurs, choisis et dirigés par Jean Vilar, est décisive.

 

Jean Vilar, metteur en scène, au centre de sa troupe, dans Le Malade imaginaire de Molière. Paris, TNP, novembre 1957

Jean Vilar, metteur en scène, au centre de sa troupe, dans Le Malade imaginaire de Molière. Paris, TNP, novembre 1957

Les décors et costumes du Malade imaginaire ont été réalisé par Édouard Pignon. Artiste-peintre engagé au Parti communiste, céramiste à Vallauris en compagnie de Picasso, il se lie avec Jean Vilar en 1947 et crée ses premiers décors et costumes pour Schéhérazade de Jules Supervielle, au Festival d’Avignon de 1948. Il collabore ensuite régulièrement avec Jean Vilar, au Festival d’Avignon et pour le TNP.

 

Le Malade imaginaire de Molière. Daniel Sorano et Zanie Campan. Paris, TNP, novembre 1957

Le Malade imaginaire de Molière. Daniel Sorano et Zanie Campan. Paris, TNP, novembre 1957

Daniel Sorano rejoint la troupe du TNP en 1952, avec le rôle de La Flèche dans L’Avare. Acteur moliéresque très apprécié, il interprète l’année suivante Sganarelle dans Dom Juan et Monsieur Robert dans Le Médecin malgré lui. Jean Vilar lui confie ensuite la mise en scène de L’Étourdi, où il joue Mascarille, puis du Malade imaginaire, où il joue Argan. Jean Vilar disait : « J’ai appris de lui comment on jouait Molière. »

 

Répétition d’Ubu roi d’Alfred Jarry. Jean Vilar, metteur en scène, Christiane Minazzoli et Yves Gasc. Paris, TNP, mars 1958

Répétition d'Ubu roi d'Alfred Jarry. Jean Vilar, metteur en scène, Christiane Minazzoli et Yves Gasc. Paris, TNP, mars 1958

Jean Vilar propose une mise en scène très musicale, avec des chansons de style populaire, des parties chorales, et de nombreux instruments, comme l’orgue de barbarie de Léo Noël. Il utilise également la musique enregistrée de l’orgue de Saint-Eustache. Certains spectateurs pensaient entendre celui de Chaillot, caché derrière le décor… L’un d’eux témoigne : « La musique, voyez-vous bien, elle est comme la moutarde de Dijon, excellente et un peu forte. Ceux qui ont les oreilles sensibles en sont un tantinet abasourdis. »

 

Ubu roi d’Alfred Jarry. Mise en scène de Jean Vilar. Georges Wilson et Rosy Varte. Paris, TNP, mars 1958

Ubu roi d'Alfred Jarry. Mise en scène de Jean Vilar. Georges Wilson et Rosy Varte. Paris, TNP, mars 1958

L’écrivain Paul Fournel, qui a vu le spectacle à l’âge de huit ans, témoigne : « Mon père m’a amené au TNP où on donnait Ubu. C’était la mise en scène de Jean Vilar, c’était avec Georges Wilson, c’était Rosy Varte qui faisait la Mère Ubu, ce n’était donc vraiment pas n’importe quoi. Imaginez ce qu’est pour un môme, qui arrive comme ça, qui rentre dans la salle du TNP qui est tout de même une scène énorme, énorme, avec une sensation de volume de cette salle qui est gigantesque, gigantesque, et je me retrouve là, assis, tout petit dans ce théâtre, et je vois arriver ce gros bonhomme et cette bonne femme acariâtre, et qui se mettent à hurler “Merdre !” comme des fous… Ça a été pour moi une sorte de révélation. »

 

Les Caprices de Marianne d’Alfred de Musset. Gérard Philipe. Paris, TNP, novembre 1958

Les Caprices de Marianne d'Alfred de Musset. Gérard Philipe. Paris, TNP, novembre 1958

Après Lorenzaccio en 1952, Gérard Philipe retrouve Alfred de Musset en 1958, avec le rôle d’Octave dans Les Caprices de Marianne. Figure de proue de la troupe de Jean Vilar, sa dernière apparition au théâtre sera également sous l’égide d’Alfred de Musset, avec le rôle de Perdican dans On ne badine pas avec l’amour, en février 1959.
Jean Vilar lui rend ainsi hommage : « Il reste à jamais gravé dans notre mémoire. Travailleur acharné, travailleur secret, travailleur méthodique, il se méfiait cependant de ses dons qui étaient ceux de la grâce. Il reste un des plus purs visages de notre métier. Il était loyal. Cela aussi, comment l’oublier ? Il était fidèle. Fidèle à ses engagements du premier jour. Quoi qu’il advînt. Quoi qu’il advienne. Cette fidélité de lui à nous, de nous à lui, seule la mort pouvait la rompre. Elle l’a fait. Cependant, il nous faut continuer, c’est une loi de notre métier et ce sera le meilleur hommage à sa mémoire. »

© Studio Lipnitzki / Roger-Viollet

#centenaireTNP

Jean Vilar et sa troupe 1/2

Jean Vilar et sa troupe

Première partie

Ces photographies peu connues des années où Jean Vilar dirige le TNP (1951-1963) témoignent de la vitalité de ses créations. Il présente alors jusqu’à quatre spectacles par saison, avec des textes d’auteurs français ou étrangers, classiques ou contemporains. Au Festival d’Avignon, au Théâtre de Chaillot ou au Théâtre de la Cité Jardin de Suresnes, les spectateurs et spectatrices prennent plaisir à retrouver sur scène les comédiens et comédiennes de la troupe du TNP…

 

Maria Casarès, Monique Chaumette, Jean Vilar et Georges Lycan. Festival d’Avignon, juillet 1954

Maria Casarès, Monique Chaumette, Jean Vilar et Georges Lycan. Festival d'Avignon, juillet 1954.

En 1954, pour le 8e festival d’Avignon, la troupe du TNP donne Macbeth dans la Cour d’Honneur. La malédiction de « la pièce écossaise » semble s’abattre sur Jean Vilar, qui tient le rôle-titre. En crise d’ulcération stomacale, il n’a pas le temps d’apprendre son texte… Des souffleurs et des antisèches sont mis à sa disposition, mais la supercherie ne passe pas inaperçue. La pièce est assez mal accueillie, mais la critique salue l’épuisement d’un homme qui se consacre tout à la fois au jeu, à la mise en scène et à la direction d’un théâtre.

 

Macbeth de Shakespeare. Jean Vilar. Paris, TNP, janvier 1955

Macbeth de Shakespeare. Jean Vilar. Paris, TNP, janvier 1955

C’est durant les années Vilar que s’invente le « style TNP », dépouillé, fait de solennité, de simplicité et de lisibilité. Jean Vilar s’entoure toujours de peintres, qui réalisent décors et costumes de ses mises en scène. Mario Prassinos, peintre majeur du XXe siècle, collabore ainsi à plusieurs reprises sur les créations du TNP. Il crée les décors et les costumes de Macbeth, et donne une allure inédite aux trois célèbres sorcières.

 

Macbeth de Shakespeare. Jean Vilar. Paris, TNP, janvier 1955

Macbeth de Shakespeare. Jean Vilar. Paris, TNP, janvier 1955

Jean Vilar fait du personnage de Macbeth la clé de voûte du drame, qu’il interprète avec force et âpreté. De 1954 à 1959, le personnage de Macbeth change trois fois de visage. Après avoir été joué par Jean Vilar, Alain Cuny reprend le rôle en 1956, qui est ensuite interprété à la télévision par Daniel Sorano en 1959. Quant à Lady Macbeth, elle gardera toujours les traits de Maria Casarès.

 

Le Triomphe de l’amour de Marivaux. Daniel Sorano. Paris, TNP, janvier 1956

Jean Vilar remet Le Triomphe de l’amour au goût du jour, avec Maria Casarès dans le rôle de Léonide et Daniel Sorano dans le rôle de Figaro. Depuis, la pièce de Marivaux a retrouvé l’attrait des metteurs en scène. Elle a notamment intéressé Antoine Vitez, qui la met en scène au Piccolo Teatro de Milan en 1985, ou encore Roger Planchon qui la présente à Villeurbanne en 1996.

 

Le Triomphe de l’amour de Marivaux. Jean Vilar et Maria Casarès. Paris, TNP, 1956

Marivaux fait de Léonide, son personnage féminin principal, la meneuse d’un grand jeu de travestissement. Toute la pièce repose sur le rapport trouble qui s’installe entre hommes et femmes… Jean Vilar s’en empare pour y répandre la vie et la joie. Maria Casarès, espiègle et malicieuse, triomphe.

 

Jean Vilar dans La Paix, d’Aristophane. Paris, TNP, décembre 1961

Perché sur cette machinerie voyante, ainsi que le voulait Aristophane, Jean Vilar joue Trygée, un vigneron qui monte au ciel à dos de scarabée pour implorer la paix entre Athènes et Sparte. En 1961, alors que la guerre d’Algérie explose, la pièce devient l’expression d’une protestation civique. Jean Vilar déclare en la présentant : « C’est le propre des chefs-d’œuvre qui jalonnent l’histoire du Théâtre que de coïncider, à un moment ou l’autre, avec les nouvelles du jour. »

© Studio Lipnitzki / Roger-Viollet

#centenaireTNP

Henri IV

Henri IV

de Luigi Pirandello
mise en scène pour la télévision Claude Barma
(1961)

 

Couverture du « Cahier d’information » gratuit remis aux spectateurs du TNP lors des représentations d’Henri IV au Palais de Chaillot en décembre 1957 (Photo : Jean Vilar © Agnès Varda – Fonds Jean Vilar – Association Jean Vilar). Nos remerciements à la Maison Jean Vilar.

La pièce de Luigi Pirandello, écrite en 1921, est ici mise en scène par Claude Barma dans les studios de la télévisio​​n et interprétée par la troupe du TNP, dont c’est le premier spectacle diffusé sur le petit écran.

Cet Henri IV ne dirige nul empire, il est notre contemporain, un homme sans nom, victime d’une chute à cheval et, depuis lors, aliéné. Il croit être Henri IV, empereur du Saint-Empire romain germanique, protag​oniste central de l’histoire médiévale. Son entourage se prête à sa folie et des acteurs jouent sa Cour. Jusqu’au moment où Henri IV déclare qu’il est guéri depuis plusieurs années…

Archive © INA Producteur : Radiodiffusion Télévision Française (RTF), Paris, 1961

Avec : Jean Vilar (Henri IV), Germaine Montero (marquise Mathilde Spina), Christiane Minazzoli (Frida), Jean Topart (Baron Tito Belcredi), Jacques Lalande (Carlo di Nolli), Jean-Paul Moulinot (Dionisio Génoni), Jean-François Rémi (Ariald), Dominique Paturel (Landolf), Maurice Coussonneau (Ordulf), Guy Saint-Jean (Berthold), René Alone (Giovanni), Jacques Mignot (1er homme d’armes), Bernard Gauthier (2ème homme d’armes)

#centenaireTNP

Le TNP à Montréal

Le TNP à Montréal

reportage vidéo de Georges Delanoë
(1958)

À l’automne 1958, le TNP effectue une grande tournée en Amérique du Nord. La troupe menée par Jean Vilar donne une série de représentations à Québec, Montréal et Ottawa avant de rejoindre New-York. Le programme est dense, avec quatre spectacles à l’affiche : Lorenzaccio, Marie Tudor, Le Triomphe de l’amour et Le Cid. Dans ce reportage, on aperçoit les cartons encombrant les coulisses, les techniciens et les régisseurs qui s’affairent, Jean Vilar dirigeant des scènes de Marie Tudor, Maurice Jarre qui supervise l’interprétation musicale, ou encore Monique Chaumette et Maria Casarès en répétition. Un aperçu plaisant de la vie de tournée et de la renommée internationale de la troupe du TNP !

Archive © INA Reportage de Georges Delanoë, du Service International de Radio-Canada

Producteur : Radiodiffusion Télévision Française (RTF), Paris, 1958.

#centenaireTNP

Marie Tudor

Marie Tudor – retransmission audio

de Victor Hugo
mise en scène Jean Vilar
(1955, Théâtre du Palais de Chaillot)

 

Couverture du « Cahier d’information » gratuit remis aux spectateurs du TNP lors des représentations de Marie Tudor à la Cour d’honneur pour le XIIe Festival d’Avignon en 1958
Photo : Maria Casarès © Agnès Varda – Fonds Jean Vilar – Association Jean Vilar. Nos remerciements à la Maison Jean Vilar.

Nous sommes à Londres, en 1553. Marie Tudor, reine catholique d’Angleterre, est amoureuse d’un imposteur, Fabiano Fabiani. Simon Renard complote pour faire abattre ce parvenu et épouser la reine. De son côté, Fabiano séduit Jane, une ​jeune orpheline élevée par l’ouvrier-ciseleur Gilbert, qui s’apprête à l’épouser. Or, Jane est la fille héritière de lord Talbot, décapité sous Henri VIII. Gilbert, qui ne pense qu’à se venger, offre sa vie à Simon Renard et jure de tuer Fabiano. Mais celui-ci commet un meurtre donc il accuse Gilbert… De complots en révoltes, la reine est tiraillée par les cris du peuple, les intérêts des nobles, et son cœur.

En 1955, quand Jean Vilar monte Marie Tudor pour la 9e édition du Festival d’Avignon, cela fait quatre-vingt-un ans que la pièce n’avait pas été jouée… Pour Vilar, Hugo est plus qu’un grand écrivain, il est le père du théâtre populaire : « Je voudrais écrire sur le fronton de mon théâtre populaire non pas : Vive Molière ou Shakespeare, mais : Vive Victor Hugo ! » (Libération, 7 novembre 1955).

Archive © INA, enregistrement pour la RTF​ (radiodiffusion française) du 30 octobre 1955 au Palais de Chaillot, par la troupe du TNP, une émission de Philippe Dechartre.

Avec : Maria Casarès (Marie), Monique Chaumette (Jane), Georges Wilson (Gilbert), Roger Mollien (Fabiano Fabiani), Philippe Noiret (​Simon Renard), Daniel Sorano (Joshua) ; Jean-Paul Moulinot (un Juif), Lucien Arnaud (Lord Clinton), Jean-Pierre Darras (Lord Chandos), Jean Topart (Lord Montagu), Georges Riquier (Maître Eneas), Jean Winckler (Lord Gardiner), Maurice Coussonneau (un geôlier), Georges Lycan (le bourreau), André Schlesser (premier serviteur de scène), Marcel Bonnaud (deuxième serviteur de scène).

#centenaireTNP

Lorenzaccio

Lorenzaccio

de Alfred de Musset
mise en scène Gérard Philipe
(1953, Théâtre du Palais de Chaillot)

Couverture du « Cahier d’information » gratuit remis aux spectateurs du TNP lors de la reprise de Lorenzaccio à la Cour d’honneur pour le XIIe Festival d’Avignon en 1958
Photo : Gérard Philipe © Agnès Varda – Fonds Jean Vilar – Association Jean Vilar. Nos remerciements à la Maison Jean Vilar.

En 1952, la pièce Lorenzaccio entre au répertoire du TNP. C’est un événement. Gérard Philipe, jeune premier idéal, s’empare du rôle-titre longtemps réservé aux femmes. Le spectacle, créé dans la Cour d’Honneur du Palais des Papes au Festival d’Avignon, fait date dans l’histoire du théâtre. Jean Vilar est bel et bien à l’origine du spectacle, mais en raison d’une intervention chirurgicale, il confie la mise en scène à Gérard Philipe lui-même.

La pièce scrute les coulisses du pouvoir et les dissensions politiques qui agitent l’Italie du XVIe siècle. Lorenzo, un jeune idéaliste, veut renverser son cousin Alexandre de Médicis, qui règne en tyran sur Florence, pour restaurer un régime républicain…

Archive © INA, enregistrement pour la RTF (radiodiffusion française) du 19 mars 1953 au Palais de Chaillot, par la troupe du TNP, une émission de Philippe Dechartre.

​Avec : Gérard Philipe (Lorenzo de Médicis), Daniel Ivernel (le Duc Alexandre), Jean Vilar (le Cardinal Cibo), Jean Deschamps (Philippe Strozzi), Monique Chaumette (la Marquise Cibo), Françoise Spira (Catherine Ginori), Lucienne Lemarchand (Marie Soderini).

​​Et, par ordre d’entrée en scène : André Schlesser, Charles Denner, Étienne De Swarte, Daniel Sorano, Jean-Paul Moulinot, François Lebovitz, Claude Roire, Jacques Le Marquet, Lucien Arnaud, Zanie Campan, Georges Riquier, Laurence Constant, Jacques Amyriam, Maurice Coussoneau, Christiane Minazzoli, Jacques Dasque, René Belloc, Guy Provost, Jean Leuvrais, Jean-Pierre Darras, Roger Mollien, Pierre Hattet, Georges Wilson et Gérard Moiny.

​​#centenaireTNP