TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

Face à Face / Deux lectures

Deux mises en voix de Baptiste Guiton : Déshonorée (Un crime d’honneur en Calabre) de Saverio La Ruina, texte français Federica Martucci et Amandine Mélan. Fils de personne de Francesca Garolla, texte français Olivier Favier. Entrée libre, sur réservation. Dans le cadre de Face à Face. Face à Face / Paroles d’Italie pour les scènes de France A l’initiative de l’Institut culturel italien de Paris et grâce au soutien du Ministère des biens et des activités culturels et du tourisme d’Italie, Face à Face a pour objectif de faire découvrir des dramaturgies contemporaines italiennes en soutenant leur traduction et en accompagnant leur mise en espace dans le réseau théâtral français.

À propos

Dans le cadre du festival Face à Face – Paroles d’Italie, seront présentées deux mises en voix de Baptiste Guiton :

  • Déshonorée (Un crime d’honneur en Calabre) de Saverio La Ruina, texte français Federica Martucci et Amandine Mélan. En savoir plus.

     

  • Fils de personne de Francesca Garolla, texte français Olivier Favier. En savoir plus.

 

Entrée libre, sur réservation :  billetterie@tnp-villeurbanne.com ou 04 78 03 30 00

Face à Face – Paroles d’Italie pour les scènes de France 2014 est un festival de théâtre contemporain italien : spectacles, lectures et rencontres.
A l’initiative de l’Institut culturel italien de Paris et grâce au soutien du Ministère des biens et des activités culturels et du tourisme d’Italie, Face à Face a pour objectif de faire découvrir des dramaturgies contemporaines italiennes en soutenant leur traduction et en accompagnant leur mise en espace dans le réseau théâtral français.
En savoir plus sur le festival.
Télécharger le programme complet du festival (411ko / pdf)

Déshonorée


Déshonorée. Un crime d’honneur en Calabre (Dissonorata. Delitto d’onore in Calabria)
de Saverio La Ruina
traduction Federica Martucci et Amandine Mélan
mise en espace Baptiste Guiton
avec Tiphaine Rabaud Fournier et Sébastien Quencez (accompagnement musical)

En écoutant les histoires dramatiques des femmes dans certains pays musulmans, Saverio La Ruina entend en écho d’autres histoires. Celles des femmes calabraises qui portaient le deuil une vie durant, tout en noir, y compris une sorte de tchador sur la tête. Les femmes victimes de la loi humaine.  Le crime d’honneur était tellement répandu qu’une loi a été votée pour quasi le dépénaliser. A partir de la « petite » mais emblématique histoire d’une femme calabraise, le texte donne l’occasion de réfléchir sur la condition des femmes en général. Parlant de son village, il parle de la condition des femmes dans le village global. Entre le tragique, le grotesque, le surréaliste, parfois même le comique, toujours avec une pointe d’ironie amère.

Né en Calabre, Saverio La Ruina est auteur, acteur et metteur en scène. Il est co-fondateur avec Dario De Luca de la Compagnie Scena Verticale installée depuis 1992 à Castrovillari en Calabre. 
Scena Verticale a reçu en 2003 le Prix de la Critique Théâtrale décerné par l’Associazione Nazionale dei Critici Teatrali. Toujours avec Dario De Luca et la Compagnie Scena Verticale, Saverio La Ruina a pris la direction artistique du festival de théâtre Primavera dei Teatri en 1999 qui a été récompensé par le Prix Bartolucci en 2001 et le Prix UBU en 2009. En 2007, Saverio La Ruina a remporté deux autres prix UBU: celui du Meilleur Acteur principal et celui du Nouveau texte italien avec Dissonorata. Delitto d’onore in Calabria, qu’il a écrit, interprété et mis en scène. Un autre prix UBU (Nouveau texte italien) lui est décerné en 2010 pour La Borto, monologue dont il est encore une fois l’auteur, le metteur en scène et l’interprète. Et enfin, en 2012, le prix Hystrio pour Italianesi.

De père inconnu

De père inconnu (N.N. / Nomen nescio)
de Francesca Garolla
Traduction Olivier Favier
Mise en espace Baptiste Guiton
Avec Antoine Besson, Baptiste Guiton et Sébastien Quencez (accompagnement musical)

Un père et un fils. Dans ce « fragment de tragédie »  classique – qui respecte la règle des trois unités- ils ont tous deux le même âge. Le père vient de mourir. On attend les funérailles. Un dialogue impossible se noue entre lui, Saturnio, ancien militant d’extrême-gauche des années 70, et Claudio, qui se retrouve jeune adulte face à un père qui n’a pas voulu grandir. Dans ce temps suspendu, c’est « une génération penchée sur le vide » qui fait le point avec elle-même, sans héritage et sans futur à rêver.

Diplômée de l’université de l’académie d’art dramatique Paolo Grassi de Milan, Francesca Garolla collabore depuis 2004 avec le Teatro i de Milan, participant comme dramaturge aux principales productions, et faisant partie intégrante de la direction artistique du théâtre.
En 2010 elle écrit son premier texte Fils de personne  (N.N. / Nomen Nescio). Et en 2013, sa nouvelle pièce, Solo di me – se non fossi stata Ifigenia sarei Alcesti o Medea, revisite la tragédie antique en se focalisant sur le thème de la féminité liée à celui du sacrifice. Ses deux textes ont été mis en scène par Renzo Martinelli.
Parallèlement à sa participation active au Teatro i, elle développe un parcours autonome de recherche dramaturgique et d’expérimentation lié à l’écriture théâtrale et à sa mise en scène.