TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

Louis Aragon, je me souviens

Damien Gouy et son complice musicien s’emparent avec cœur et franchise des fulgurances de ce "Roman inachevé" de Louis Aragon.

À propos

Du mercredi 23 au samedi 2 février 2013, à 20h30

« Le Roman inachevé » est un recueil de poèmes à la première personne. Cette autobiographie, partielle et inachevée, fait suite au long poème paru deux ans plus tôt, « Les Yeux de la mémoire ». Seulement, cette fois, l’auteur ne retient de sa vie que des morceaux dont le souvenir au présent se recompose en « roman ». A l’octosyllabe et à l’alexandrin s’ajoutent des vers de seize pieds recréés par Aragon selon une tradition du XVIe siècle, mais aussi des pages de prose.
Composé en triptyque, rebaptisé pour la circonstance : « La Mélancolie », « La Guerre », « L’Amour d’Elsa », il est généralement admis qu’avec cet ouvrage la poésie d’Aragon de l’après-guerre atteint alors un sommet.

Damien Gouy et son complice musicien s’emparent avec cœur et franchise de ces fulgurances. Ils choisissent d’en retenir certaines et de les faire résonner sur une scène nue, sans décors ni costumes, prenant appui sur la magie et la force des rythmes de cette écriture inouïe, libre, insolente, tour à tour simple et savante, et qui a le génie de s’adresser à tous. Le comédien, passionné de prosodie, livre en un seul souffle paroles et chants et, par cet élan, Aragon reprend la stature d’un authentique poète populaire.

Durée : 1h

© Christian Ganet


Distribution

Avec Damien Gouy et Benjamin Kerautret, musicien et conseiller artistique.
Sous l’oeil bienveillant de Clément Morinière.

Production Théâtre National Populaire

Vidéo

Biographies

Louis Aragon est né en 1897 et mort en 1982. Après des études à la Faculté de médecine où il rencontrera André Breton, il part au front en 1918 comme médecin auxiliaire. C’est en 1928 qu’il fait la rencontre de l’écrivain d’origine russe Elsa Triolet, qui sera sa compagne et la source d’inspiration de toute son oeuvre poétique. Ensemble, ils entrent dans la Résistance et créent le Comité National des Écrivains pour la Zone Sud. Quelques années plus tard, Aragon exerce comme journaliste à l’Humanité, fonde la revue Les Lettres françaises et devient éditeur, notamment d’auteurs du bloc de l’Est. Communiste convaincu, il est élu en 1950 au Comité central du Parti et ne reviendra jamais officiellement sur son engagement.
Essayiste et romancier, il a écrit des textes théoriques prônant le réalisme socialiste, des réflexions sur l’art moderne, et publié une dizaine de romans qui s’illustrent par leur diversité formelle, s’inscrivant aussi bien dans le surréalisme, le réalisme que dans le Nouveau Roman. Mais c’est avant tout son oeuvre de poète qui lui vaut sa grande notoriété. Nombre de ses poèmes ont été mis en musique par Jean Ferrat, Léo Ferré ou Georges Brassens. On peut citer parmi ses recueils « Le Crève-Coeur », « Les Yeux d’Elsa », ou encore « La Diane française », dans lequel figure le célèbre poème « La Rose et le Réséda ».

Damien Gouy s’est formé à l’ENSATT, 65e promotion.
Depuis 2006, il fait partie de la troupe du TNP et joue sous la direction de Christian Schiaretti, notamment dans « Coriolan » de William Shakespeare, « 7 Farces et Comédies » de Molière, « Par-dessus bord » de Michel Vinaver, « Philoctète » de Jean-Pierre Siméon, Siècle d’or : « Don Quichotte » de Miguel de Cervantès, « La Célestine » de Fernando de Rojas et « Don Juan » de Tirso de Molina, « Joseph d’Arimathie », « Merlin l’enchanteur »  première et deuxième pièce du « Graal Théâtre » de Florence Delay et Jacques Roubaud, « Ruy Blas » de Victor Hugo, et « Mai, juin, juillet » de Denis Guenoun.
Il a également été dirigé au TNP par Olivier Borle dans « Premières Armes » de David Mambouch, par William Nadylam et Bruno Freyssinet dans Stuff Happens de David Hare, ou encore Christophe Maltot dans « Figures de Musset ».
Cette saison, il sera le laboureur dans « Le Laboureur de Bohême » de Johannes von Saaz.
Au cinéma et à la télévision, Damien Gouy a tourné notamment sous la direction de Henri Helman, Hélier Cisterne et Géraldine Boudot.
Il a déjà signé une première mise en scène avec « Ronsard, prince des poètes ».
Il est directeur artistique du festival de théâtre « Les Rencontres de Theizé ».

Documents

Le dossier de presse (pdf /247ko)

  Le programme de salle (pdf / 867ko)