Résidence de création

Du mardi 27 mars
au samedi 14 avril 2018

Grand théâtre, salle Jean-Vilar
Durée : 1h15

de Pauline Sales / mise en scène Baptiste Guiton

Les dates

lunmarmerjeuvensamdim
mars 2018
26
2728293031
1
avril
26
27
28
29
30
31
1
2
345678
9
1011121314
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Billetterie

À propos

résidence de création

Elle part, une nuit, avec sa petite fille, pour le Groenland.
Elle a quitté sa maison, son mari, elle veut l’emmener vers les étendues, la neige, l’infini.
Elle lui raconte des histoires, elle nous raconte son histoire.
Elle veut que sa petite fille lui lâche la main…

Ce n’est pas une fuite, c’est un exil.

Pauline Sales compose l’être femme, son sexe, sa place, son rapport à la maternité, à l’abandon, au suicide, elle tisse une partition du départ, du dénuement, du froid. Quelque chose mue, se défait, une peau sociale, comme un rite régressif : une mère et sa petite fille, une femme et une enfant, une femme-enfant. Sur le plateau, un piano droit et son pianiste accompagnent ce voyage, comme un iceberg à la dérive, sur des compositions de Béla Bartók : un contrepoint ou une réponse de l’enfance, une fugue, une figure paternelle immobile.

Tiphaine Rabaud-Fournier et Baptiste Guiton ont souhaité reprendre ce spectacle dix ans après l’avoir créé, retrouver ce texte avec plus de vie, de sillons, de plateau, reprendre ce voyage vers le Groenland avec un secret, un nouveau point de départ.

© Michel Cavalca

Biographies

Pauline Sales

Pauline Sales, auteure, comédienne et metteure en scène. On peut citer parmi ses publications récentes : À l’ombre, De la salive comme oxygène, En travaux, Cupidon est malade, aux Solitaires intempestifs ; Docteur Camiski ou l’esprit du sexe, série théâtrale coécrite avec Fabrice Melquiot, à L’Arche éditeur. Ses pièces sont mises en scène par Richard Brunel, Jean-Claude Berutti, Philippe Delaigue, Lukas Hemleb, Laurent Laffargue… De 2002 à 2007, elle est auteure associée à La Comédie de Valence. Plusieurs de ses pièces sont traduites en anglais et en allemand et ont été représentées à l’étranger. Elle collabore avec Silvia Berutti-Ronelt et Philippe Le Moine à la traduction française de pièces du répertoire contemporain de langue allemande et anglaise. Elle est membre de la Coopérative d’Écriture, un collectif d’auteurs qui réunit Fabrice Melquiot, Marion Aubert, Enzo Cormann, Rémi De Vos, Samuel Gallet, David Lescot… Depuis janvier 2009 elle dirige, avec Vincent Garanger, Le Préau à Vire, Centre dramatique régional de Basse-Normandie.

Baptiste Guiton

Baptiste Guiton se forme à l’École de la Comédie de Saint-Étienne comme comédien avant d’intégrer le département Mise en scène de l’ENSATT. En 2007, il crée son premier spectacle, Souffles, adapté de Rimbaud et Shéhérazade de Abdellatif Laâbi, à Casablanca, et met en scène Le Misanthrope de Molière. En 2008, il monte Les Adieux de Elfriede Jelinek, en collaboration avec Benoît Bregeault et Ivica Buljan et, en 2009, Le Groenland de Pauline Sales. En 2012, il fonde sa compagnie L’Exalté et crée Nina, c’est autre chose de Michel Vinaver, Lune jaune, la ballade de Leila et Lee de David Greig au TNP et, en 2015, Coeur d’acier de Magali Mougel. Depuis 2015, il est réalisateur de fictions radiophoniques pour France Culture. Il est également en charge des « Scènes Imaginaires, portraits de metteurs en scène européens» et des «Livres à l’écoute» à l’Odéon – Théâtre de l’Europe, en partenariat avec France Culture.

Distribution

jeu Tiphaine Rabaud Fournier
piano Sébastien Quencez

production L’Éxalté – direction Baptiste Guiton

coproduction Théâtre National Populaire


Le texte de la pièce est publié aux Solitaires Intempestifs.

Interview vidéo

En lien avec le spectacle

  • Conférence-débat : La transmission de mère à fille, une histoire de femmes…
    Le 30 mars à 18h30, à la Médiathèque de Vaise. En savoir plus
  • Rencontre avec Pauline Sales, suivi d’une séance de signature
    Jeudi 5 avril à 19h00
  • Rencontre après spectacle
    Jeudi 5 avril à l’issue de la représentation, nous vous invitons à rencontrer des membres de l’équipe artistique.
  • Disputatio
    Vendredi 6 avril à l’issue de la représentation. Un espace dans lequel chacun peut dire, entendre, questionner, objecter la lecture d’un spectacle animé par deux psychanalystes.
    En savoir plus

Documents