TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

Le Monde d’hier

Adaptation du récit autobiographique d’un homme qui fut l’incarnation de ce que le monde moderne peut offrir de plus achevé en matière de civilisation. Un Viennois, au moment où la capitale autrichienne était le centre brillant du monde, et un exemple, sans égal, de cosmopolitisme que les événements politiques et idéologiques vont mettre à mal…

À propos

Souvenirs d’un Européen

Zweig, écrivain le plus lu de son temps, ami de Freud, de Schnitzler, de Rilke, de Strauss, a été l’un des premiers à quitter l’Autriche en 1934. Il est l’incarnation de ce que le monde moderne peut offrir de plus achevé en matière de civilisation. Un Viennois, au moment où la capitale autrichienne était le centre brillant du monde, et un exemple, sans égal, de cosmopolitisme. Et puis, il fut un homme dont les livres furent brûlés, errant d’exil en exil, rejeté ici parce que juif et là parce qu’Autrichien. Le Monde d’hier retrace, avec ampleur et lucidité, l’évolution de l’Europe de 1895 à 1941. Il est impossible, dans un spectacle d’une heure, de représenter l’ensemble des souvenirs et des réflexions contenus dans ce livre admirable. Mais l’adaptation recentrée sur le parcours personnel de l’auteur en restitue la quintessence. « Contre ma volonté j’ai été le témoin de la plus effroyable défaite de la raison et du plus sauvage triomphe de la brutalité ; jamais – je ne le dis point avec orgueil, mais avec un sentiment de honte – une génération n’est tombée comme la nôtre d’une telle puissance intellectuelle dans une telle décadence morale. » À l’heure où les nationalismes et extrémismes donnent de la voix aujourd’hui en Europe, voilà un témoignage, à la fois chant du cygne et message d’espoir, qu’il faut savoir entendre.

© Richard Schroeder

Biographies

Stefan Zweig

Stefan Zweig, écrivain, dramaturge, journaliste et biographe, est né en 1881 à Vienne. Grand humaniste, il a essentiellement exercé son art dans les biographies : Joseph Fouché, Marie-Antoinette, Marie Stuart, Balzac…, et comme auteur de nouvelles : Amok, La Confusion des sentiments, Vingt-quatre heures de la vie d’une femme, Le Joueur d’échecs… Son œuvre a inspiré de nombreuses adaptations au cinéma et au théâtre. La Pitié dangereuse est son seul roman achevé. Incarnation de « l’esprit viennois », il fut et reste le symbole de la Mitteleuropa, dans son génie créatif et son anéantissement programmé. Désespéré par la montée du nazisme et visionnaire, il fut l’un des premiers à quitter l’Autriche. Rattrapé par sa « bile noire » et la fin annoncée de l’Europe à laquelle il avait cru, il se suicide en 1942 avec sa femme à Petrópolis au Brésil. Le Monde d’hier est sa dernière œuvre. Livre magistral, envoyé par Zweig à son éditeur la veille de sa mort, il retrace « l’âge d’or » de l’Europe et sa fin, et éclaire l’histoire culturelle et politique du XX e siècle.

Jérôme Kircher

Jérôme Kircher a été formé au Conservatoire de Paris. On a pu le voir dans de nombreuses mises en scènes de Bernard Sobel, André Engel, Jean-Pierre Vincent… En 2011 au TNP, sous la direction de Christian Schiaretti, il a interprété le rôle de Don César dans Ruy Blas. Plus récemment, il a joué avec André Engel, La Double mort de l’horloger de Ödön von Horváth, Luc Bondy, Le Retour de Harold Pinter, Emmanuel Meirieu, Des hommes en devenir, Guy Cassiers, La petite fille de monsieur Linh d’après Philippe Claudel. Il a mis en scène L’Époustouflante performance de Madame Berthe Trépat, avec Irène Jacob et le pianiste Benoît Delbecq et, avec les mêmes interprètes, Je sais qu’il existe aussi des amours réciproques, une libre adaptation de Gros câlin de Romain Gary. Il a dirigé Isabelle Carré dans Le Sourire d’Audrey Hepburn de Clémence Boulouque. Au cinéma, il a tourné avec Christophe Honoré, François Ozon, Benoît Jacquot, Jonathan Nossiter, Cyril Mennegun, Éric Lartigau…

Distribution

adaptation Laurent Seksik

mise en scène Jérôme Kircher et Patrick Pineau
interprétation Jérôme Kircher

scénographie et lumières Christian Pinaud
collaboration artistique Valérie Nègre
musique Michel Winogradoff
régie générale Jennifer Laurent

production déléguée MC2 : Grenoble

création au Théâtre des Mathurins, 2016
Le Monde d’hier. Souvenirs d’un Européen est paru dans la traduction de Jean-Paul Zimmermann aux éditions Les Belles Lettres.

Revue de presse

« La voix de Jérôme Kircher, toute en variations subtiles, un peu voilée, un peu décalée, installe un « ailleurs ». Zweig est là, sur la scène des Mathurins, devant nous, (Kircher ne fait rien pour lui ressembler bien sûr), il nous raconte son Monde d’hier. […] Kircher a choisi ce livre testament, le témoignage de la fin de la belle Mitteleuropa, il en donne l’amertume et la beauté à travers plusieurs extraits, sans pathos, avec gravité, sourire aussi. »
Brigitte Hernandez, Le Point

« Le spectacle, minimal dans sa forme mais de grande portée sur le fond, rencontre chaque soir un public saisi par les correspondances entre l’analyse de l’écrivain sur la montée du nazisme et ce que nous vivons aujourd’hui. »
Fabienne Darge, Le Monde

Interview vidéo

En lien avec le spectacle

  • Prélude
    Mercredi 10 octobre à 19h, la découverte d’une œuvre, de son auteur, de l’histoire sous une forme accessible à tous. Traduit en Langue des Signes Française.
    En savoir plus
  • Rencontre après spectacle
    Jeudi 11 octobre à l’issue de la représentation, nous vous invitons à rencontrer des membres de l’équipe artistique.

Document