Spectacle

de Jean-Claude Carrière inspiré de Yukio Mishima mise en scène et chorégraphie Kaori Ito et Yoshi Oïda

Vendredi 11 mars
et samedi 12 mars 2022
Hors les murs
Durée : 1h

Les dates

lunmarmerjeuvensamdim
mars 2022
7
8
9
10
11
12
13
Billetterie

Les tarifs

Les billets pour ce spectacle sont en vente !
  • 15€ plein tarif
  • 8€ tarifs réduits (moins de 30 ans, étudiants, moins de 18 ans…)

Détail des tarifs

Restez informé : newsletter

À propos

Hors les murs : la Maison de la Danse

Le Tambour de soie réunit dans un souffle poétique deux artistes exceptionnels : Kaori Ito et Yoshi Oïda. Elle, danseuse et chorégraphe, est un prodige de la scène internationale. Lui, âgé de 87 ans, est un immense acteur, compagnon de route de Peter Brook depuis les années 1970. Après Yumé en 2014, ils se retrouvent à nouveau rassemblés sur scène autour d’une histoire légendaire du théâtre Nô revisitée par Yukio Mishima en 1956 et réécrite pour l’occasion par le regretté Jean-Claude Carrière.

Dans cette version de l’histoire, un vieil homme nettoie le plateau d’un théâtre et tombe sous le charme d’une danseuse en pleine répétition. Elle lui tend un tambour en lui promettant que s’il arrive à le faire sonner, elle sera sienne. Mais l’instrument n’est qu’un accessoire fait de soie, incapable d’émettre le moindre son… Humilié, le vieillard se dirige vers une terrible issue, puis revient la hanter. Ce Nô moderne mêle texte parlé et moments dansés, au son des instruments traditionnels et de la voix puissante du musicien Makoto Yabuki. L’épure du décor – cinq longs rideaux aux effets moirés – laisse toute sa place à l’expression des corps.

L’énergie de Kaori Ito, qui puise autant dans la gestuelle contemporaine que dans la danse traditionnelle japonaise, dialogue avec l’aura unique de Yoshi Oïda, qui se prête à la danse pour la première fois de sa carrière. Cette fable sur le temps qui passe raconte aussi la découverte du corps de l’autre, la quête de l’union dans un même souffle. La complicité de ce duo magnifique conduit au-delà de l’âge et du temps, dans un lieu suspendu et fragile. En tissant ensemble ce conte tragique, les deux interprètes racontent in fine une histoire universelle de transmission, bouleversante d’humanité.

Créé lors de la Semaine d’art en Avignon en octobre 2020, le spectacle est co-programmé par le TNP et la Maison de la Danse dans le cadre du Festival Sens Dessus Dessous. C’est par affinité que les deux institutions se retrouvent autour de ce spectacle, tant les disciplines qu’elles mettent à l’honneur s’y rencontrent pour le plaisir des amateurs d’art vivant.

Biographies

Kaori Ito

Née au Japon, elle étudie le ballet classique dès l’âge de 5 ans. À 20 ans, elle part à New York pour intégrer la section danse de l’Université Purchase. De retour à Tokyo, elle obtient un diplôme de sociologie et décroche une bourse pour retourner à New York dans le cadre du programme d’études internationales pour les artistes du gouvernement japonais. Elle étudie à l’Alvin Ailey Dance Theater. Kaori Ito a été interprète pour Philippe Decouflé, Angelin Preljocaj, Alain Platel, Sidi Larbi Cherkaoui et James Thierrée avant de se lancer elle-même dans l’aventure chorégraphique dans le cadre de collaborations, avec Aurélien Bory, Olivier Martin-Salvan, ou pour sa propre compagnie. Artiste polymorphe, elle réalise également des vidéos, des peintures et collabore régulièrement au théâtre et au cinéma (avec Édouard Baer, Denis Podalydès ou Alejandro Jodorowsky). Entre 2008 et 2010, elle crée son premier spectacle Noctiluque, puis Solos et Island of no memories. En 2013, Les Ballets C de la B produisent sa création Asobi et en 2016, elle crée Puedo Flotar ? dans le cadre d’une commande du BANCH – Ballet national du Chili. Entre 2015 et 2018, elle développe une trilogie autobiographique Je danse parce que je me méfie des mots (duo avec son père – 2015), Embrase-Moi (performance avec son compagnon – 2017) et Robot, l’amour éternel (en solo – 2018). Elle reçoit le prix Nouveau talent chorégraphie de la SACD et est nommée Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres. Kaori apparaît également dans Poesía sin fin d’Alejandro Jodorowsky, sorti pour la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2016, et dans Ouvert la nuit d’Édouard Baer. Pour Japonismes 2018, elle crée Is it worth to save us ? avec l’acteur japonais Miraï Moriyama.

Yoshi Oïda

Acteur, metteur en scène et écrivain japonais, il est né en 1933 à Kōbe. Après une maîtrise en philosophie à l’Université de Keio, il se fait d’abord connaître au Japon en 1953 : télévision, cinéma et théâtre contemporain. Il collabore avec Yukio Mishima. Invité en France par Jean-Louis Barrault en 1968, il y travaille avec Peter Brook. En 1970, il entre au Centre international de recherche théâtrale (CIRT) fondé par Peter Brook. Il participe ensuite à ses plus célèbres spectacles au Théâtre des Bouffes du Nord : Les Iks d’après Colin Turnbull, La Conférence des oiseaux d’après Farid Al-Din Attar, Le Mahabharata (épopée hindoue), La Tempête d’après Shakespeare, L’homme qui d’après Oliver Sacks. Il joue aussi au cinéma pour Peter Greenaway (The Pillow Book) et écrit sur le théâtre trois ouvrages théoriques, traduits en plusieurs langues : L’Acteur flottant, L’Acteur invisible et L’Acteur rusé. À partir de 1975, parallèlement à son métier de comédien, Yoshi Oïda met aussi en scène du théâtre, des opéras et de la danse : Fin de partie de Samuel Beckett, Les Bonnes de Jean Genet, Nabucco de Verdi, Don Giovanni de Mozart, War Requiem de Benjamin Britten ou La Frontière de Philippe Manoury.

Distribution

avec Kaori Ito, Yoshi Oïda, Makoto Yabuki
musique Makoto Yabuki
lumière Arno Veyrat
son Olivier M’Bassé
costumes Aurore Thibout
couleurs textiles Aurore Thibout et Ysabel de Maisonneuve
collaboration à la chorégraphie Gabriel Wong
collaboration à la mise en scène Samuel Vittoz

production déléguée Maison de la Culture d’Amiens – Pôle européen de création et de production
production Compagnie Himé
coproduction Festival d’Avignon / Théâtre de la Ville, Paris
avec le soutien du CENTQUATRE-Paris 
avec l’aide de la SPEDIDAM 
La compagnie Himé est soutenue par la DRAC Île-de-France – ministère de la Culture, la Région Île-de-France et le Département du Val-de-Marne. 
L’Association Himé reçoit le soutien de la Fondation BNP Paribas pour l’ensemble de ses projets. 
Kaori Ito est artiste associée à la Mac de Créteil, au CENTQUATRE-Paris et en compagnonnage artistique avec KLAP Maison pour la danse.

Spectacle programmé à la Maison de la Danse en collaboration avec le TNP.

La presse en parle

« Magnifique, porté par les ailes du désir. (…) Lui, splendide compagnon des spectacles de Peter Brook, c’est l’acteur invisible, au sens où la grâce l’est. Elle, c’est une flamme, la danse dans tous ses états. Leur rencontre est magnifique : ils sont au-delà de l’âge et du temps. »
Le Monde, Brigitte Salino Lire l’article

« La performance chorégraphique qui les unit à travers la pyramide des âges est une parade amoureuse aussi irrésistible qu’inoubliable »
Les Inrockuptibles, Patrick Sourd Lire l’article

« Présences chaleureuses qui, avec les artistes japonais, donne à la Semaine d’art le goût d’ailleurs, d’ouverture au monde, aux autres qui fait la magie d’Avignon » Télérama, Fabienne Pascaud Lire l’article

« Les deux principaux interprètes se révèlent être un couple fascinant. La japonaise Kaori Ito est devenue une figure aux multiples talents de la scène chorégraphique contemporaine française, et elle fait équipe ici avec Yoshi Oïda, comédien de 87 ans connu pour ses collaborations avec le metteur en scène Peter Brook. »The New-York Times, Laura Cappelle 

« Yoshi Oïda est un immense acteur. Lui et la danseuse et chorégraphe Kaori Ito sont dans un moment de théâtre et de danse, de remémoration et de spiritualité.» France Inter – L’Heure bleue, Laure Adler

Vidéos