Création

une création d'Alice Laloy

Du mardi 12 avril
au jeudi 14 avril 2022
Hors les murs
Durée : 1h10

Les dates réserver

lunmarmerjeuvensamdim
avril 2022
11
12
13
14
15
16
17
Billetterie

Les tarifs

  • 25 € plein tarif
  • 20 € retraités, groupe (dès 8 pers.)
  • 14 € demandeurs d’emploi, accompagnateurs PSH…
  • 12 € moins de 30 ans...
  • 7 € bénéficiaires minima sociaux

Détail des tarifs

Restez informé : newsletter

À propos

Hors les murs : Aux ateliers décors du TNP (24 rue Émile Decorps 69100 Villeurbanne)
Pour tous dès 8 ans

À l’origine de cette performance, il y a un projet photographique. Une série de clichés troublants où Alice Laloy transforme des enfants en pantins désarticulés, inertes. Cette première variation autour du mythe de Pinocchio captait l’instant fragile de suspension entre animé et inanimé. Magie de la chose qui prend vie, magie de la vie qui s’éteint. Plus tard, Alice Laloy approfondit cette recherche en mettant en scène l’acte qui l’a conduite à marionnettiser ces corps d’enfants. À travers ce processus à rebours du célèbre pantin de Carlo Lorenzini, elle s’interroge : quel trouble nous traverse au moment précis où un enfant se transforme en marionnette ? Ainsi naît la performance Pinocchio(live), une forme transdisciplinaire aux marges du théâtre, où le rituel qui se déroule sur scène ne se présente pas comme fictionnel.

Pour cette expérience partagée à la lumière du jour, Alice Laloy imagine une société dystopique dans laquelle un rite de passage obligerait chaque enfant à se faire changer en pantin par un aîné. L’espace, ouvert et trifrontal, évoque à la fois l’établi de Gepetto, une usine de jouets et une salle de bloc opératoire. Nous allons assister au rituel de lente transmutation du vivant en inanimé, mené par une vingtaine de jeunes adultes et enfants. Les premiers, en opérateurs neutres et appliqués, s’emploient à transformer les seconds au rythme de tableaux minutieusement scénarisés, qui s’enchaînent avec délicatesse. Cette performance sur la disparition du vivant n’en reste pas moins pleine de joie, de vie et de jeu. Le trouble est fort, mais l’humeur est circassienne, chorégraphique. La dimension plastique du travail, enfin, laisse chacun libre de projeter son monde intérieur.

Après Pinocchio(live)#1, Alice Laloy présente une nouvelle version programmée au Festival d’Avignon 2021. Pour le TNP, c’est l’opportunité d’ouvrir au public un lieu majeur du théâtre, les ateliers de construction de décors, où tant d’objets prennent vie.

Biographies

Alice Laloy

Elle se forme à l’école du Théâtre National de Strasbourg, section scénographie/création de costumes. Pendant son cursus, elle découvre la marionnette et s’interroge sur cette autre manière d’aborder le théâtre. En 2002, elle crée La Compagnie S’appelle Reviens. Entre 2002 et 2008, parallèlement à son travail de recherche, elle collabore avec Lukas Hemleb, Catherine Anne, Jean-Pierre Vincent ou Yannick Jaulin. À partir de 2009, Alice Laloy se consacre uniquement aux créations de sa compagnie et reçoit le Molière du spectacle jeune public pour sa création 86 CM. En 2011, elle crée un deuxième spectacle Jeune Public Y es-tu ?. En 2012, elle crée Batailles puis Rebatailles. En 2013 l’Institut International de la Marionnette lui remet le prix de la Création/Expérimentation. Sous ma peau/Sfu.ma.to ainsi que Tempo (forme courte pour surface vitrée) sont créés en 2015. En 2017, Fabrice Melquiot l’invite au Théâtre Amstramgram à Genève pour y créer Ça dada. Alice Laloy est lauréate du programme Hors les murs 2017 de l’Institut Français pour développer sa recherche photographique Pinocchio(s) en Mongolie. Faisant suite à cette résidence en Mongolie, elle écrit une première version de Pinocchio(live) performance pour vingt-six interprètes amateurs : treize enfants danseurs du Conservatoire à Rayonnement Régional de danse de Paris et treize jeunes adultes acteurs-manipulateurs. La performance est créée pour l’ouverture de la Biennale Internationale des Arts de la Marionnette à Paris en mai 2019. En 2020, elle crée À poils, spectacle tout public à partir de 3 ans, au CDN de Colmar, et Death Breath Orchestra au Nouveau Théâtre de Montreuil. Alice Laloy est artiste associée au Mouffetard-Théâtre des Arts de la Marionnette à Paris entre 2018 et 2021 et associée à la Comédie de Colmar – CDN Grand Est depuis 2019. Depuis 2012, la compagnie est conventionnée par la DRAC Grand Est. Depuis 2019, la compagnie est conventionnée par la Région Grand Est.

Distribution

une création d’Alice Laloy

avec les enfants-danseurs du Centre chorégraphique de Strasbourg Pierre Battaglia, Stefania Gkolapi, Martha Havlicek, Romane Lacroix, Rose Maillot, Charlotte Obringer, Nilsu Ozgun, Anaïs Rey-Tregan, Edgar Ruiz Suri, Sarah Steffanus, Nayla Sayde
et les élèves de la classe d’art dramatique du conservatoire de Colmar Alice Amalbert, Jeanne Bouscarle, Quentin Brucker, Esther Gillet, Léon Leckler, Mathilde Louazel, Antonio Maïka, Jean-Baptiste Mazzucchelli, Louise Miran, Valentina Papic, Nina Roth, Raphaël Willems

accompagnés par Norah Durieux et Elliott Sauvion Laloy
scénographie Jane Joyet
son Éric Recordier
chorégraphie Cécile Laloy
assistée de Claire Hurpeau
conseil et regard contorsion Lise Pauton et Lucille Chalopin
costumes Oria Steenkiste, Cathy Launois, Maya-Lune Thieblemont
accessoires Benjamin Hautin, Maya-Lune Thieblemont, Antonin Bouvret
régie générale et lumière Julienne Rochereau
construction des établis les ateliers du TNP
confection des costumes les étudiants du lycée Paul Poiret de Paris, classe de Véronique Coquard et Maryse Alexandre

production Cie S’Appelle Reviens en collaboration avec le Centre chorégraphique de Strasbourg 
coproduction Comédie de Colmar - CDN Grand Est Alsace / Festival Paris l’Été / Théâtre National Populaire / Le Manège – scène nationale de Reims / TJP – CDN Strasbourg Grand Est
La compagnie est conventionnée par la DRAC Grand Est – ministère de la Culture et la Région Grand Est.

La presse en parle

“La proposition est absolument réussie, et construit, malgré tout, une attente qui se résout dans un final magnifique. Beau, intelligent, fascinant : bienvenue à la frontière trouble où l’enfant et le pantin se confondent !” TouteLaCulture.com, Mathieu Dochtermann Lire l’article

“Pinocchio (live) s’inscrit dans la continuité de cette recherche sur la vie cachée de la marionnette. (…) Comme l’exposition [Pinocchio(s)], elle ancre ainsi la fiction dans la vie. Dans une quotidienneté qui participe d’une sorte de réalisme magique. D’une étrangeté d’autant plus perturbante qu’elle est basée sur un rejet de toute illusion de réel. Car davantage que le récit pour enfants dont elle reprend le titre, c’est son propre processus de création qu’Alice Laloy donne à voir dans Pinocchio (live). À travers un rituel qui prend à rebours le cycle de vie et de mort habituel de la marionnette.” Sceneweb.fr, Anaïs Heluin  Lire l’article

“Comme elle ne peut raisonnablement pas donner vie à un morceau de bois, l’artiste décide d’inverser le processus. Les spectateurs assistent, en direct, à une métamorphose qui fait un peu froid dans le dos. Allongés sur des établis, les enfants sont transformés en pantins inertes, qui se réaniment d’eux-mêmes et se réapproprient leurs corps par la danse. Marionnettes vivantes ? Enfants morts ? « Pinocchio(s) live » cristallise toute l’ambiguïté de cet art exigeant. Tant et si bien qu’à la fin, on ne sait plus qui tire les ficelles.” Le Parisien, Emeline Collet Lire l’article

Vidéo

 

Rendez-vous

  • Passerelle Cinéma – Annulé
    Marie-Poupée de Joël Seria, lundi 11 avril à 20h30 au cinéma Le Zola. Plus d’infos
  • Passerelle Rencontre
    “Corps animés / corps inanimés : mythe, danse et marionnette” à l’école ARFIS, école de Cinéma et d’Audiovisuel, mercredi 13 avril à 19h. Plus d’infos
  • Rencontre après spectacle
    À l’issue de la représentation, nous vous invitons à un bord de scène avec l’équipe artistique, jeudi 14 avril. Plus d’infos

Le programme de salle