Spectacle

Why ?

Du jeudi 24 septembre
au dimanche 27 septembre 2020

Grand théâtre • salle Roger-Planchon
Durée : 1h20

texte et mise en scène Peter Brook et Marie-Hélène Estienne

Les dates

lunmarmerjeuvensamdim
septembre 2020
31
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24252627
28
29
30
Billetterie

Les tarifs

Les billets pour ce spectacle sont en vente !

25 € plein tarif
19 € retraité, groupe
14 € tarifs réduits
12 € moins de 30 ans
7 € bénéficiaires minima sociaux

___
Voir le détail

Restez informé-e : newsletter

À propos

Information de dernière minute du 24 septembre à 18h30 :
La représentation du 24 septembre est annulée, suite à un problème de santé de l’un des comédiens.
Une séance supplémentaire vous est proposée le dimanche 27 septembre à 19h30.
Les reports sont possibles : samedi 26 (15 h 30 ou 20 h) et dimanche 27 septembre (15 h 30 ou 19 h30 ).
Merci de votre compréhension.

En français

À 95 ans, Peter Brook, maître de la scène du XXe siècle et de ce début du XXIe siècle, poursuit sa quête de l’épure et du dépouillement en revenant, plus que jamais, à l’essentiel. Une simple question traverse ce spectacle co-écrit et co-mis en scène avec Marie-Hélène Estienne : pourquoi faire du théâtre ? Deux acteurs et une actrice sont réunis au milieu de trois chaises, trois pupitres, et de quelques portants sur roulettes. Habitués de l’univers de Peter Brook, partageant son humour et son infinie délicatesse, ils célèbrent le théâtre. Ils évoquent des grands théoriciens, personnages tutélaires qui ne les quittent jamais : Antonin Artaud, Edward Gordon Craig, Constantin Stanislavski et surtout Vsevolod Meyerhold, figure phare du théâtre moderne qui a suivi avec ferveur l’élan révolutionnaire de 1917, avant d’être broyé par la machine stalinienne. Les questions posées par ces artistes au début du XXe siècle sont devenues, avec le temps, de plus en plus urgentes, de plus en plus vivantes. Le théâtre peut-il encore être une arme, comme le défendait Vsevolod Meyerhold ?

Avec ce spectacle sans fioritures ni artifices, Peter Brook et Marie-Hélène Estienne questionnent à la fois leur art et la révolution. Directeur de la Royal Shakespeare Company pendant une dizaine d’années, Peter Brook arrive en France au début des années 1970 et s’installe dans un théâtre désaffecté, les Bouffes du Nord. Fervent défenseur d’un plateau vide qui laisse place au rêve et à la suspension, il a pourtant déployé sur scène les récits les plus denses et les plus épiques comme le Mahabharata, texte de la mythologie hindoue, ou une grande partie des pièces de William Shakespeare. Il signe ici une œuvre manifeste qui prend la forme d’une leçon dramatique et joyeuse, double hommage à un martyr et à la puissance du théâtre.

© Pascal Gely – Simon Annand

Biographies

Peter Brook

Peter Brook est né à Londres en 1925. Tout au long de sa carrière, il s’est distingué dans différents genres : théâtre, opéra, cinéma et écriture. Passionné par le théâtre depuis sa jeunesse, il travaille pour la Royal Shakespeare Company dès 1946 et en devient le directeur en 1962. Il y met en scène de nombreux textes de William Shakespeare. À Paris, en 1971, Peter Brook fonde le Centre International de Recherche Théâtrale (CIRT) et s’installe dans un théâtre alors désaffecté, les Bouffes du Nord. Ses productions se remarquent par leur aspect iconoclaste et leur envergure internationale. Il monte notamment Timon d’Athènes en 1974, Ubu aux Bouffes en 1977 et La Cerisaie en 1981. Outre le répertoire de William Shakespeare, Peter Brook s’approprie, en collaboration avec Jean-Claude Carrière, le grand texte de la mythologie hindoue, le Mahabharata, qu’il adapte en 1985 sous la forme d’un spectacle fleuve de presque neuf heures. Parallèlement à ses créations pour le théâtre, il met en scène plusieurs opéras et réalise des films comme Moderato cantabile en 1959, Sa Majesté des mouches en 1963, le Marat/Sade en 1967, Le Mahabharata en 1989 et The Tragedy of Hamlet en 2002. Dès 1968, avec la publication de L’Espace vide, il élabore sa théorie d’un théâtre sans décor où la gestuelle du comédien est centrale. Il développe ses conceptions de la scène au fur et à mesure de publications : Points de suspension (1987), Le Diable c’est l’ennui (1991), Avec Shakespeare (1998), Oublier le temps (2003), Entre deux silences (2006) et La Qualité du pardon (2014).

Marie-Hélène Estienne

Dramaturge et scénariste, Marie-Hélène Estienne travaille aux côtés de Peter Brook depuis 1976. En 1977, elle rejoint le Centre International de Créations Théâtrales (CICT) pour la création d’Ubu aux Bouffes. Elle est l’assistante de Peter Brook pour La Conférence des oiseaux, La Tragédie de Carmen, dont elle co-signe le scénario pour la version filmée, et le Mahabharata. Elle collabore à la mise en scène de La Tempête, Impressions de Pelléas, Woza Albert ! et La Tragédie d’Hamlet. Elle travaille à la dramaturgie de Qui est là et co-signe L’Homme Qui et Je suis un phénomène, deux pièces présentées aux Bouffes du Nord en 1998. Elle adapte en langue française la pièce Le Costume, d’après Can Themba, et Sizwe Bansi est mort d’Athol Fugard, John Kani et Winston Ntshona. En 2003, elle fait une adaptation pour le théâtre en français et en anglais du Grand Inquisiteur d’après Les Frères Karamazov de Fedor Dostoïevski. En 2006, elle co-signe avec Peter Brook la mise en scène de Fragments, et crée avec Peter Brook et Franck Krawczyk Une flûte enchantée d’après Mozart et Schikaneder. En 2013, pour The Valley of Astonishment, elle signe le texte et la mise en scène avec Peter Brook.

Distribution

texte et mise en scène Peter Brook et Marie-Hélène Estienne

avec Kathryn Hunter, Marcello Magni, Ery Nzaramba et Raphaël Chambouvet

lumière Philippe Vialatte
images Gabrielle Lubtchansky
assistante costumes Alice François
remerciements à Oria Puppo

créé le 19 juin 2019 au Théâtre des Bouffes du Nord

production C.I.C.T. – Théâtre des Bouffes du Nord
coproduction Theatre for a New Audience – New York, Grotowski Institute – Wroclaw, National Performing Arts Center – Taiwan R.O.C. – National Taichung Theater, Centro Dramatico Nacional – Madrid, Teatro Dimitri – Verscio, Théâtre Firmin Gémier – La Piscine, Le Cercle des partenaires des Bouffes du Nord

Revue de presse

Le théâtre dans son plus simple appareil
À 94 ans, le dramaturge et metteur en scène britannique cosigne avec Marie-Hélène Estienne un sublime manifeste en faveur d’une forme théâtrale débarrassée de tout artifice et rend hommage au Russe Meyerhold.
Libération – Par Anne Diatkine. Lire l’article

« Why ? », le manifeste théâtral de Peter Brook
Dans son principe, l’entreprise pourrait paraître didactique, mais ce serait mal connaître Peter Brook. Avec peu d’éléments – un tapis, des chaises et trois portants – mais un trio de comédiens qui mettent à son service tout leur savoir-faire, il parvient à approcher l’essence du théâtre, à en montrer la beauté en même temps que les coulisses.
Les Échos – Par Vincent Bouquet. Lire l’article

La grande leçon de théâtre de Peter Brook
Peter Brook va à l’essentiel. Son geste théâtral, épuré, porté par trois immenses acteurs […] est un acte poétique, politique d’une puissance et d’une simplicité à couper le souffle.
L’Humanité – Par Marie-José Sirach. Lire l’article

Documents