TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

La Boîte

RÉSIDENCE DE CRÉATION – Une femme, dans sa cuisine. Une boîte entre les mains. Que contient-elle ? Les cendres d’un amour. L’amour d’une vie. Mais le contenu de l’amour ne peut se réduire au contenant d’une urne. Alors, elle convoque la boîte noire du vol au long cours d’une vie à deux. Effet d’emboîtement, comme des poupées russes infinies. Théâtre intime qui se fait nôtre, petite boîte comme accessoire indispensable de la grande boîte du théâtre.

À propos

résidence de création

Une femme, dans sa cuisine. Une boîte entre les mains. Que contient-elle ? Les cendres d’un amour. L’amour d’une vie. Mais le contenu de l’amour ne peut se réduire au contenant d’une urne. Alors, elle convoque la boîte noire du vol au long cours de toute une vie à deux. Effet d’emboîtement, comme des poupées russes, dont on ne verrait jamais la fin. Le texte déjoue toutes les attentes. C’est bien lui qui nous met en boîte ! Théâtre intime bien sûr mais qui se fait nôtre. Comme par surprise. Petite boîte comme accessoire indispensable de la grande boîte du théâtre. Invocation des ombres, dialogue par-delà la disparition physique avec l’être aimé, réunis tout de même dans ce jeu délicieux et cruel des langages complémentaires de la musique et des mots. S’accompagnent-ils ? S’accordent-ils ?

« J’ai rêvé d’un texte de théâtre qui procure tous les plaisirs en un seul acte : le rire, l’émotion, l’incongru, la surprise, l’absurde, le malaise, l’impertinence et la fragilité. Bref, comédie, drame, quiproquo et coup de théâtre : La Boîte est une boîte de Pandore ! » Jean-Pierre Siméon

Points et contrepoints de la joyeuse insolence d’une parole solitaire où le texte de Jean-Pierre Siméon se frotte aux compositions de Yves Prin, où la voix de Dominique Michel se mêle aux « outils » de Thierry Ravassard dans une mise en… boîte de Olivier Balazuc !

 © Michel Cavalca /  © Christian Ganet

Biographies

Jean-Pierre Siméon, poète, dramaturge, critique et professeur agrégé de Lettres modernes, participe aux comités de rédaction de plusieurs revues. Il a initié et dirigé avec Jean-Marie Barnaud la collection « Grand fonds » de Cheyne Éditeur – qui publie depuis trente ans tous ses recueils de poésie. En 1986, il crée la Semaine de la Poésie à Clermont-Ferrand ; il est également directeur du Printemps des Poètes. Son œuvre lui a valu le prix Théophile Briant en 1978, le prix Maurice Scève en 1981, le prix Antonin Artaud en 1984, le prix Guillaume Apollinaire en 1994, le grand prix du Mont Saint-Michel pour l’ensemble de son œuvre en 1998 et le prix Max Jacob en 2006. Il est invité par Christian Schiaretti à travailler avec les comédiens de la Comédie de Reims de 1996 à 2001. Au titre de «poète associé », il fonde avec Christian Schiaretti Les Langagières, manifestation autour de la langue et son usage. Depuis 2003, ils poursuivent leur collaboration au TNP.

Yves Prin, compositeur d’une cinquantaine d’œuvres dont un opéra, cinq concertos et une quarantaine de mélodies, a été aussi pianiste et chef d’orchestre, notamment à Radio France où il a été directeur musical de l’Orchestre Philharmonique, puis responsable de la création et du théâtre musical et délégué artistique du festival « Présence ». Pour le théâtre, il a composé la musique de Hamlet-Machine de Heiner Müller, mise en scène Jean Jourdheuil et Jean-François Peyret, L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel et Par-dessus bord de Michel Vinaver, mises en scène Christian Schiaretti.

Olivier Balazuc se forme au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique et entame ensuite un compagnonnage artistique avec Olivier Py, en tant que comédien, assistant à la mise en scène et dramaturge : Le Soulier de satin, Les Vainqueurs, Illusions comiques, Roméo et Juliette. Il joue également sous la direction de Volodia Serre, Laurent Hatat, Richard Brunel, Véronique Bellegarde. En 2002, il adapte et met en scène L’Institut Benjamenta de Robert Walser et fonde sa compagnie, La Jolie Pourpoise. On a pu le voir jouer au TNP dans Par-dessus bord de Michel Vinaver, mise en scène Christian Schiaretti. De 2010 à 2014, il est membre du collectif artistique de la Comédie de Valence pour lequel il écrit Le Silence du Walhalla, mis en scène par Richard Brunel et présenté au TNP en 2013. Ses pièces de théâtre sont publiées chez Actes Sud-Papiers.

Distribution

avec Dominique Michel – comédienne, Thierry Ravassard –  musicien
scénographie Olivier Balazuc et Fanny Laplane
image vidéo Antoine Legond
lumières Olivier Balazuc et Manon Geffroy
ingénieur du son Frédéric Prin
régie générale Manon Geffroy
avec la participation artistique de l’Ensemble In&Out

coproduction Compagnie RL, Théâtre National Populaire
production déléguée Compagnie RL

Ce spectacle bénéficie du soutien de Beaumarchais-SACD et du Fonds pour la Création Musicale
La Compagnie RL est conventionnée par le ministère de la Culture (DRAC Ile de France) et par la Région Ile de France

Interview vidéo

En lien avec le spectacle

  • Rencontre après spectacle
    Jeudi 3 novembre à l’issue de la représentation, nous vous invitons à rencontrer des membres de l’équipe artistique.

Documents

pdf Le programme de salle (pdf / 1.5mo)

pdf Le dossier de presse (pdf / 200ko)

pdf La fiche pédagogique (pdf / 104ko)