TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

Les Nègres

Quand la Cour accuse les Nègres d’un crime, ces derniers deviennent comédiens et offrent pour leur jugement une belle tragédie grotesque. Les Nègres comédiens, possédés par une fureur carnavalesque, se réunissent cérémonieusement dans un lieu clandestin : ils jouent pour la énième fois Le Meurtre de la Blanche. Ils inventent alors la mort, la vie et l’amour. Cette clownerie égare le spectateur entre le jeu et le réel.

Ce spectacle est actuellement complet. Néanmoins, des places peuvent se libérer jusqu’au dernier moment.
Vous avez la possibilité de vous inscrire sur liste d’attente auprès de la billetterie à billetterie@tnp-villeurbanne.com

À propos

Du vendredi 9 au dimanche 18 janvier 2015

Quand la Cour accuse les Nègres d’un crime, ces derniers deviennent comédiens et offrent pour leur jugement une belle tragédie grotesque. Les Nègres comédiens, possédés par une fureur carnavalesque, se réunissent cérémonieusement dans un lieu clandestin pour jouer à la tragédie classique devant la Cour. Ils répètent pour la énième fois Le Meurtre de la Blanche et inventent alors la mort, la vie et l’amour. Les Nègres jouent à paraître ce qu’ils sont déjà et à être ce qu’ils ne sont pas. Non loin, une révolte se prépare. Déguisements, masques, jeux de miroirs sont autant d’armes contre les clichés qui les possèdent. Cette clownerie perd le spectateur entre le jeu et le réel, entre le rite et l’improvisation.
Quand on a demandé à Jean Genet d’écrire un texte qui devait être joué pour un public blanc par des comédiens noirs, il s’est demandé comment réaliser un tel pari. Il n’en savait pas assez sur leur façon de vivre, leurs batailles politiques, ni même leur culture. C’est la raison pour laquelle il n’a pas voulu écrire sur les crimes de la colonisation ou les combats pour la liberté, mais a écrit une pièce clownesque, où tout est artifice et faux-semblant. Genet ne sait pas ce qu’on ressent quand on est dans la peau d’un Africain, mais il n’ignore rien de ce qu’on ressent quand on est dans la peau d’un hors-la-loi, d’un paria, d’un réprouvé. La connaissance intime qu’il a de cette situation de victime d’une société toute-puissante donne au spectacle sa valeur et sa grandeur, enchanté par la magnificence de son langage.

© Lucie Jansch

Ce spectacle est actuellement complet. Néanmoins, des places peuvent se libérer jusqu’au dernier moment.
Vous avez la possibilité de vous inscrire sur liste d’attente auprès de la billetterie à billetterie@tnp-villeurbanne.com

Biographies

Jean Genet est un écrivain français né en 1910. Son premier texte, Le Condamné à mort, est publié à compte d’auteur en 1942. Encouragé par Cocteau, il entame une carrière de dramaturge et publie Les Bonnes (1947), Le Balcon (1956) ou encore Les Paravents (1961). Parmi ses autres ouvrages, on peut citer Le Journal du voleur (1949) et Le Funambule (1958), des textes fortement autobiographiques qui témoignent de l’engagement de Genet aux côtés des marginaux. Fustigeant la politique carcérale et colonialiste de la France, il a aussi défendu la cause des Palestiniens, des Black Panthers et de la Fraction armée rouge. Jean Genet est mort en 1986 en laissant un texte inachevé, Un Captif amoureux.

Robert Wilson Metteur en scène et plasticien né au Texas en 1941. Après une formation en architecture, il crée ses premiers spectacles à New York en 1969. En 1971, Le Regard du sourd est présenté au Festival de Nancy et provoque l’éblouissement dans le monde de l’art. Cinq ans plus tard il crée, avec le compositeur Philip Glass et la chorégraphe Lucinda Childs, Einstein on the Beach, spectacle monumental qui fit sensation au Festival d’Avignon 1976. Parmi ses innombrables mises en scène d’opéra et de théâtre, on peut citer ses dernières créations, The Old Woman de Daniil Harms ou Peter Pan, spectacle créé avec le Berliner Ensemble et le groupe CocoRosie (2013). Il est membre de plusieurs Académies d’art dans le monde et son oeuvre a été récompensée par de nombreux prix.

Distribution

Avec
Armelle Abibou,
Astrid Bayiha,
Daphné Biiga Nwanak,
Bass Dhem,
Lamine Diarra,
Nicole Dogué,
William Edimo,
Jean-Christophe Folly,
Kayije Kagame,
Gaël Kamilindi,
Babacar M’Baye Fall,
Logan Corea Richardson,
Xavier Thiam,
Charles Wattara

Dramaturgie Ellen Hammer
collaboration artistique Charles Chemin
collaboration à la scénographie Stephanie Engeln
costumes Moidele Bickel
collaboration à la lumière Xavier Baron
musique originale Dickie Landry

Production
Odéon-Théâtre de l’Europe

Coproduction
Festival d’automne — Paris
Théâtre National Populaire
deSingel Campus des Arts
International — Anvers
Festival Automne en Normandie
Comédie de Clermont-Ferrand

Vidéos

 

Reportage de l’AFP

14-15-videos-afp-les-negres

Documents

  Le dossier de presse (pdf / 268ko)

 Le programme de salle (pdf / 1.3mo)

Théâtromôme

Théâtromôme autour du spectacle Les Nègres
Dimanche 18 janvier 2015, à 16h00
Théâtromôme

Pendant que les parents assistent au spectacle, les enfants sont accueillis dans un atelier en lien avec l’activité théâtrale.

Au programme :
Jeux de contrastes. Une tragédie clownesque qui retourne l’imagerie traditionnelle. Les enfants vont jouer avec les contrastes, les silhouettes et les échelles, pour créer une petite scénographie tragi-comique.
Avec Pierre Laurent, artiste plasticien.

 

Réservations auprès de la billetterie : 04 78 03 30 00

Autour du spectacle

  • Rencontre après-spectacle.
    Nous vous invitons à rencontrer des membres de l’équipe artistique,
    le jeudi 15 janvier 2015 à l’issue de la représentation.