TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

Lewis versus Alice

La fantaisie de Macha Makeïeff rencontre celle de l’énigmatique Lewis Carroll. Écrivain victorien inclassable, auteur d’Alice in Wonderland, professeur à Oxford, photographe, logicien, fils de pasteur et clergyman lui-même, éternel enfant… Rarement poète aura donné naissance à tant d’affabulations, de murmures et de persiflages. Avec une troupe de comédiens-musiciens-danseurs, Macha Makeïeff suit les traces de ce poète du nonsense et invente son pays des merveilles. Créé au Festival d’Avignon 2019, Lewis versus Alice est une rêverie, un ravissement poétique et musical, une exploration d’un monde où tout fluctue, se traverse et s’inverse. Lewis Carroll en personne est confronté à l’univers qu’il a enfanté, à ses personnages bizarres et loquaces comme le Chat du Cheshire ou le Chapelier fou. Un parfum d’étrange envahit la scène. Au-dessus des têtes, se déploie un cabaret surnaturel de fées et fantômes… Et si l’existence réelle avait lieu dans le rêve ? Les sept comédiens – dont Rosemary Standley, chanteuse du groupe Moriarty – nous entraînent dans leur rhapsodie onirique. Que les acteurs chantent, dansent, racontent, polémiquent ! Qu’ils aient des visions et prennent le thé au milieu de nulle part. Ils font ainsi l’éloge d’une excentricité so british, libre jusqu’à l’absurde. Fantasy !

© Pascal Victor

À propos

Osons passer de l’autre côté du miroir… La fantaisie de Macha Makeïeff rencontre ici celle d’un écrivain victorien inclassable, l’énigmatique Lewis Carroll. Qui se cache derrière l’auteur extravagant d’Alice in Wonderland ? Un professeur d’Oxford, un photographe, un logicien, fils de pasteur et clergyman lui-même, mais aussi un éternel enfant, un spirite, un inventeur, un rêveur… Rarement poète aura donné naissance à tant d’affabulations, de murmures et de persiflages. Avec une troupe de comédiens-musiciens-danseurs, Macha Makeïeff plonge dans son univers tantôt féerique, tantôt glaçant – paradoxe de l’effroi délicieux propre à l’enfance. Elle suit les traces de ce poète du nonsense, s’aventure dans le plaisir des jeux de langues française et anglaise, dans la forêt sans nom. Elle invente son pays des merveilles et rencontre Alice.

Autrice, plasticienne et directrice de La Criée, Macha Makeïeff signe des mises en scène au théâtre, à l’opéra et dans les musées, pour lesquelles elle conçoit décors et costumes. Lewis versus Alice, créé au Festival d’Avignon 2019, est écrit comme une rêverie, un ravissement poétique et musical, une exploration d’un monde où tout fluctue, se traverse et s’inverse. Lewis Carroll en personne est confronté à l’univers qu’il a enfanté, à ses personnages bizarres et loquaces comme le Chat du Cheshire ou le Chapelier fou. Un parfum d’étrange envahit la scène. Au-dessus des têtes, se déploie un cabaret surnaturel de fées et fantômes… Et si l’existence réelle avait lieu dans le rêve ? Ces personnages désarment les puritanismes, luttent contre tout esprit de sérieux, chassent l’ennui du presbytère. En véritables jouissances de l’imagination, elles entament leur danse.

Les sept comédiens – dont Rosemary Standley, chanteuse du groupe Moriarty – invitent à communier avec eux dans une rhapsodie onirique éclairée par Jean Bellorini. Car il faut la chanter, la faire entendre sous tous ses mystères la langue de Lewis Carroll, lui qui fréquentait assidûment, malgré la condamnation de l’évêque d’Oxford, la pantomime et le théâtre. Alors que les acteurs chantent, dansent, racontent, polémiquent ! Qu’ils aient des visions et prennent le thé au milieu de nulle part. Ils font ainsi l’éloge d’une excentricité so british, libre jusqu’à l’absurde. Fantasy !

© Pascal Victor

Biographies

Lewis Carroll

Lewis Carroll, de son vrai nom Charles Lutwidge Dodgson, est un romancier, essayiste, photographe et mathématicien britannique. Il naît d’un père pasteur anglican, au sein d’une famille de onze enfants dont deux seulement se sont mariés. Tous étaient comme lui gauchers et sept d’entre eux, y compris Charles, bégayaient. En 1851, il entre à l’université d’Oxford et obtient un diplôme de mathématiques. Professeur de mathématiques à Christ Church College à Oxford, il est ordonné diacre de l’Église anglicane en 1861 mais ne devient jamais prêtre. Il achète son premier appareil photographique à Londres, le 18 mars 1856. Quelques jours plus tard, il se rend dans le jardin du doyen Liddell au Christ Church College pour photographier la cathédrale. Il y trouve les trois fillettes Liddell dont Alice, sa future inspiratrice, et les prend pour modèle. En 1866, il écrit Les Aventures d’Alice au pays des merveilles pour amuser Alice Liddell et ses deux sœurs. La suite des aventures d’Alice, De l’autre côté du miroir et La Chasse au Snark, long poème parodique, est publiée en 1872 et 1876. En 1889, il publie le roman Sylvie et Bruno, où il traite de ses thèmes favoris : la logique et ses paradoxes, l’écart entre signifiants et signifiés. Il publie sous son vrai nom des ouvrages d’algèbre et de logique mathématique ainsi que des recueils d’énigmes et jeux verbaux.

Macha Makeïeff

Autrice, metteure en scène et plasticienne, Macha Makeïeff dirige actuellement La Criée, Théâtre national de Marseille. Après des études de littérature et d’histoire de l’art à la Sorbonne, à l’Institut d’Art de Paris et au Conservatoire de Marseille, elle rejoint Antoine Vitez qui lui confie sa première mise en scène. Elle crée avec Jérôme Deschamps une compagnie et plus de vingt spectacles joués en France comme à l’étranger. Ils fondent ensemble « Les Films de mon Oncle », pour le rayonnement de l’œuvre du cinéaste Jacques Tati, et réalisent pour Canal+ Les Deschiens. Macha Makeïeff crée une exposition rétrospective Jacques Tati à la Cinémathèque Française, et expose au Musée des Arts Décoratifs de Paris, à Chaumont-sur-Loire, à la Grande Halle de la Villette, à la Fondation Cartier, et intervient dans différents musées. À La Criée, elle crée Les Apaches, Ali Baba, Lumières d’Odessa de Philippe Fenwick, Trissotin ou Les Femmes Savantes de Molière, Les Âmes offensées #1 (Les Inuit), #2 (Les Soussou) et #3 (Les Massaï) selon les carnets de l’ethnologue Philippe Geslin, et La Fuite ! de Mikhaïl Boulgakov en 2017. Trissotin ou Les Femmes Savantes, qui a remporté un très vif succès en Chine en 2018, est joué à La Scala à Paris, en 2019. Macha Makeïeff conçoit les décors et costumes de ses créations. Elle réalise les costumes de La Bonne Âme du Se-Tchouan, de Karamazov et d’Erismena de Jean Bellorini, de Bouvard et Pécuchet de Jérôme Deschamps, de Sarah Bernhardt Fan Club de Juliette Deschamps. Elle monte plusieurs opéras et collabore avec John Eliott Gardiner, William Christie, Louis Langrée ou Christophe Rousset. Elle publie des essais aux éditions du Chêne, Séguier, Seuil et Actes Sud. En juillet 2019, elle crée Lewis versus Alice au Festival d’Avignon, et présente l’exposition Trouble Fête, Collections curieuses et Choses inquiètes, à la Maison Jean Vilar. La même année, son livre Zone céleste paraît aux éditions Actes Sud.

Macha Makeïeff est artiste associée au TNP.

Distribution

d’après l’œuvre de Lewis Carroll
un spectacle de Macha Makeïeff

avec Geoffrey Carey, Caroline Espargilière, Clément Griffault, Jan Peters, Geoffroy Rondeau, Rosemary Standley et à l’image Micha Wallon (distribution en cours)

adaptation
Macha Makeïeff 
et Gaëlle Hermant d’après Lewis Carroll
mise en scène, costumes et décor Macha Makeïeff 

son
 Sébastien Trouvé
lumière
 Jean Bellorini
musique originale Clément Griffault
 et Sébastien Trouvé
masques et coiffures Cécile Kretschmar
magie
 Raphaël Navarro
chorégraphie Guillaume Siard

régie générale
 André Neri

images
 Clément Vial
construction du décor les ateliers du TNP
assistanat à la mise
 en scène 
Gaëlle Hermant
assistanat à la mise
 en scène en tournée Marianne Barrouillet
assistanat à la scénographie Clémence Bezat
assistanat aux costumes Claudine Crauland
assistanat à la magie Arthur Chavaudret et Antoine Terrieux
conseil à la langue anglaise
 Camilla Barnes

stagiaires du Pavillon Bosio Élise Leleu, Xufei Liu,
Céline Pagès stagiaires
Pauline Adeline, Juliette Boisseau, Elsa Markou

production La Criée Théâtre national de Marseille
coproduction Festival d’Avignon, Théâtre Gérard Philipe Centre dramatique national de Saint-Denis, Maison de la Culture d’Amiens – Pôle européen de création et de production

avec l’aide des Ateliers du Théâtre National Populaire Villeurbanne pour la construction du décor
accessoires Agnès Marin, Marine Martin-Ehlinger, Soux, Patrice Ynesta Pavillon Bosio – École supérieure d’arts plastiques de la Ville de Monaco, Haute École des arts du Rhin, Université Caen Normandie, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, LESA Aix-Marseille Université, École Axe Sud
remerciements à toute l’équipe de La Criée

La Chasse au Snark de 
Lewis Carroll, traduction de Jacques Roubaud, est publiée aux éditions Gallimard.

Revue de presse

Contenu

Interview vidéo

Teaser

En lien avec le spectacle

• Passerelle En-cas culturel
Une visite-lecture d’une demi-heure autour d’une œuvre, d’un artiste, d’un courant artistique par un comédien.
Cache-cache poétique dans le jardin.
Mercredi 19 mai à 12h30, au Musée des Beaux-Arts
En savoir plus

• Prélude
La découverte d’une œuvre, de son auteur, de l’histoire sous une forme accessible à tous.
Jeudi 20 mai à 19h00
En savoir plus

• Rencontre après spectacle
A l’issue de la représentation, nous vous invitons à rencontrer des membres de l’équipe artistique.
Jeudi 20 mai
En savoir plus