TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

Meute

Après dix ans de détention, Damien Lefèvre revient dans la ville qui n’a rien oublié : ni de sa fuite, ni de ses victimes. Se pose alors la question de la réhabilitation et de la soif de vengeance. Pour une nuit, une bande s’organise et frappe. L’onde de choc retentit. Puis la neige, inexplicablement, tombe. S’élèvent alors les voix de six individus pour autopsier un monstre à plusieurs têtes…

À propos

Résidence de création

Après dix ans de détention, le encore jeune Damien Lefèvre remet les pieds, le temps d’un été, dans la ville qui n’a rien oublié : ni de sa fuite, ni de ses victimes. Se pose alors la question de la réhabilitation et de la soif de vengeance. Pour une nuit, une bande s’organise et frappe sa ville d’un coup que personne n’a vu venir. L’onde de choc a retenti. Puis la neige, inexplicablement, s’est invitée en masse. S’élèvent alors les voix de six individus qui chutent et celles qui doivent y réagir, au risque de basculer elles aussi. Meute se veut fresque à l’échelle d’une ville. Au moment du procès, à chacun qui prendra la parole, il revient d’affronter le froid pour autopsier un monstre à plusieurs têtes qui a succombé au désir de catastrophe. De la figure de l’antihéros, il nous faut désormais nous inquiéter de celle de l’homme ordinaire qui s’érige lui-même en héros : garant d’une justice qui répond à sa propre vision du monde, d’une riposte aussi intime qu’elle se fait l’écho d’un dysfonctionnement social. Et si une violence ciblée découlait d’une violence légitimée parce qu’inhérente aux règles de notre époque ? Et qu’advient-il de l’arbitre lorsque celui-ci ne croit plus à l’équité ? Quand une plaque se désolidarise de la neige, elle déboule à toute allure et entraîne avec elle des rois autoproclamés qu’on a dépourvus de pouvoir et à qui on a laissé pour seul choix le dynamitage ou le bâton à même la bouche. P. G. / J. G.

Julie Guichard est membre du Cercle de formation et de transmission. En savoir plus

Biographies

Perrine Gérard

Perrine Gérard, après un Master de Lettres Modernes, intègre le département d’Écriture Dramatique de l’ENSATT. En 2013, elle participe à l’élaboration collective du Grand Ensemble, seize pièces courtes, mises en scène par Philippe Delaigue, et à la Mousson d’Hiver avec This is not a Witch Hunt, pièce pour adolescents. Elle est lauréate des Journées de Lyon des auteurs de théâtre pour sa pièce Holy Violets. Elle écrit pour Philippe Delaigue des petites mythologies autour de Tirésias et participe au projet Lieux Secrets avec Gris, pièce déambulatoire sur la période de l’occupation à Villeurbanne. En 2017, sa pièce, Blue Lagoon Social Club, est présentée au festival EN ACTE(S). Depuis 2014, elle travaille avec Julie Guichard et la compagnie Le Grand Nulle Part : Partie Remise et À ceux qui restent pour le Festival de Caves, adaptation et création de Du schnaps et de la poudre d’après Georg Büchner, et Les Ours d’après Tchekhov. Son texte, La Largeur du bassin, va être créé au Poche à Genève à l’automne 2018.

Julie Guichard

Julie Guichard poursuit un cursus universitaire en Arts du spectacle et se forme au jeu d’acteur à Paris. En 2011, elle intègre le département Mise en scène de l’ENSATT. En 2015, elle fonde la compagnie Le Grand Nulle Part et travaille comme assistante à la mise en scène avec Marcel Bozonnet pour son projet Soulèvement(s), avec Claudia Stavisky aux Célestins – Théâtre de Lyon et avec Christian Schiaretti pour les créations du Roi Lear et de La Tragédie du roi Christophe au TNP. Elle met en scène Les Ours, une adaptation d’après L’Ours et Ivanov de Anton Tchekhov, présentée au Théâtre de L’Élysée à Lyon en 2016. En parallèle, elle adapte Le Laitier de nuit de Andreï Kourkov, Barbe bleue et Riquet à la houppe de Amélie Nothomb en fiction radiophonique pour France Culture. Elle participe depuis quatre ans à l’élaboration du festival EN ACTE(S) où elle a présenté Part-Dieu, chant de gare de Julie Rossello-Rochet, actuellement en tournée, et Et après de Marilyn Mattei. En 2017, elle a mis en scène Nos Cortèges de Perrine Gérard au TNP.

Distribution

avec Liza Blanchard, Joseph Bourillon, Ewen Crovella, Manon Payelleville, Mathieu Petit, Arthur Vandepoel

collaboration artistique Perrine Gérard
scénographie Camille Allain Dulondel
création musicale Quentin Martinod et Guillaume Vesin
costumes Sigolène Pétey
lumières Arthur Gueydan
son Guillaume Vesin

coproduction Compagnie Le Grand Nulle Part, Théâtre National Populaire
avec le soutien de la Ville de Lyon et du Cent Quatre Paris 

Interview vidéo

En lien avec le spectacle

  • Résonance « Prison, quelle liberté possible ? » Lundi 26 novembre à 18h30 à l’Université Jean-Moulin Lyon 3, Manufacture des Tabacs. En lien avec les spectacles Rebibbia et Meute. En savoir plus
  • Passerelle cinéma « Les Ardennes ». Dimanche 27 janvier à 11h15, au Cinéma Comœdia. En savoir plus
  • Passerelle musée « Le Héros des prisons » Mercredi 30 janvier à 12h30, en-cas culturel Musée des Beaux-Arts de Lyon. En savoir plus
  • Rencontre après spectacle
    Jeudi 31 janvier à l’issue de la représentation, nous vous invitons à rencontrer des membres de l’équipe artistique.