TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

Rebibbia

Adapter ce roman pour un plateau de théâtre, c’est porter et partager la parole de l’auteure qui vient bousculer les idées reçues. Son témoignage donne corps et voix à la société secrète d’une prison de femmes, ici représentée par cinq comédiennes…

À propos

Résidence de création

L’Université de Rebibbia est le récit du séjour que fit Goliarda Sapienza dans une prison en 1980. Après s’être consacrée à l’écriture du monumental roman L’Art de la joie et avoir fait face à un refus général des éditeurs italiens, c’est une femme moralement épuisée qui intègre, pour un vol de bijoux, l’univers carcéral de Rebibbia, à Rome. Comme un pied de nez fait au destin, Goliarda va transformer cette expérience de l’enfermement en un moment de liberté, en une leçon de vie. Elle redécouvre en prison ce qui l’a guidée et sauvée toute sa vie durant : le désir éperdu du monde. Adapter L’Université de Rebibbia pour un plateau de théâtre, c’est porter et partager la parole de cette femme qui vient bouleverser les idées reçues. Lui donner la parole, c’est traquer un désir. Un désir de théâtre, bien sûr, car sur scène la parole s’émancipe et résonne. Un désir de vie aussi, ou une nécessité d’être attentif à autrui, d’aimer, de penser, de questionner, de rendre l’inquiétude et le doute possibles. Le témoignage de Goliarda Sapienza donne des corps et des voix à la société secrète de cette prison de femmes. Il y a déjà dans son roman un rapport physique et présent au monde, urgent, théâtral, qui ne demande qu’à s’emparer de la scène.

Louise Vignaud est membre du Cercle de formation et de transmission. En savoir plus

© Michel Cavalca

Biographies

Goliarda Sapienza

Goliarda Sapienza, auteure et comédienne, née en 1924, a grandi dans une famille anarchiste sicilienne. Après une éducation à la maison qui lui évite les écoles fascistes, elle obtient une bourse d’étude à seize ans, et intègre l’Académie d’art dramatique de Rome. Au théâtre, elle joue dans de nombreux rôles pirandelliens ainsi que dans la mise en scène de Médée de Luchino Visconti. Elle travaille aussi au cinéma en tant que comédienne, puis comme assistante, notamment pour le film Nuits blanches de Visconti. Elle abandonne cette carrière à la fin des années 1960 pour se lancer dans l’écriture. Jusqu’à la fin de sa vie, elle rédige une œuvre en majeure partie autobiographique, qui a connu peu de publications de son vivant. Son roman le plus célèbre, L’Art de la joie, est paru en Italie en 1998, deux ans après sa mort, tandis qu’elle en avait débuté l’écriture en 1967 pour l’achever en 1976. C’est en 2005, avec la publication française de ce roman chez Viviane Hamy, que son œuvre accède à un succès posthume. L’intégrale de ses romans est aujourd’hui éditée aux éditions Le Tripode.

Louise Vignaud

Louise Vignaud, diplômée de l’ENS de la rue d’Ulm en 2012, intègre le département Mise en scène de l’ENSATT. À sa sortie d’école, elle est assistante à la mise en scène auprès de Christian Schiaretti, Michel Raskine, Claudia Stavisky, Richard Brunel et Michael Delaunoy. En 2015, elle présente à La Comédie de Valence, dans le cadre des Controverses, une mise en scène du Bruit des os qui craquent de Suzanne Lebeau. Elle crée à Lyon la Compagnie la Résolue avec laquelle elle met en scène Calderón de Pier Paolo Pasolini, La Nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès et Ton tendre silence me violente plus que tout de Joséphine Chaffin. En janvier 2017, elle présente Tailleur pour dames de Georges Feydeau aux Célestins – Théâtre de Lyon. Elle devient cette même année, directrice du Théâtre des Clochards Célestes à Lyon. En janvier 2018, elle crée au TNP Le Misanthrope de Molière. En mars 2018, elle est invitée par Éric Ruf à créer Phèdre de Sénèque au Studio-Théâtre de la Comédie-Française.

Distribution

d’après L’Université de Rebibbia de Goliarda Sapienza
adaptation Louise Vignaud et Alison Cosson
écriture Alison Cosson

avec Prune Beuchat, Magali Bonat, Nine de Montal, Pauline Vaubaillon, Charlotte Villalonga

scénographie Irène Vignaud
vidéo Rohan Thomas
son Clément Rousseaux
costumes Cindy Lombardi
atelier costumes Laura Moutardier
lumières Luc Michel

production Compagnie la Résolue
coproduction Théâtre National Populaire
Théâtre du Vellein, Villefontaine
Le Grand Angle, Voiron

L’Université de Rebibbia est paru dans la traduction de Nathalie Castagné aux éditions Le Tripode.
Rebibbia se veut une adaptation libre de ce récit, elle n’engage que ses auteurs.

Ce projet bénéficie de l’aide à la création de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes et de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Avec le soutien de la SPEDIDAM
(La SPEDIDAM est une société de perception et de distribution qui gère les droits des artistes interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées.)

Interview vidéo

En lien avec le spectacle

  • Disputatio
    Jeudi 15 novembre à l’issue de la représentation. Un espace dans lequel chacun peut dire, entendre, questionner, objecter la lecture d’un spectacle animé par deux psychanalystes, membres de l’Association lacanienne internationale, Lyon.
    En savoir plus
  • Passerelle musée «Sapienza, l’art de la joie » Mercredi 21 novembre à 12h30, en-cas culturel Musée des Beaux-Arts de Lyon. En savoir plus
  • Passerelle lecture « Portrait de Goliarda Sapienza » Mercredi 21 novembre à 19h00, à la librairie Passages. En savoir plus
  • Rencontre après spectacle
    Jeudi 22 novembre à l’issue de la représentation, nous vous invitons à rencontrer des membres de l’équipe artistique.
  • Théâtromôme : Visite ludique du théâtre puis goûter
    Dimanche 25 novembre à 15h30. Pendant que les parents assistent au spectacle, les enfants sont accueillis dans un atelier en lien avec l’activité théâtrale.
    En savoir plus
  • Résonance « Prison, quelle liberté possible ? » Lundi 26 novembre à 18h30 à l’Université Jean-Moulin Lyon 3, Manufacture des Tabacs. En lien avec les spectacles Rebibbia et Meute. En savoir plus

Document