TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

Wilson chante Montand

Ce spectacle est actuellement complet.
Néanmoins, des places peuvent se libérer jusqu’au dernier moment ; vous avez donc la possibilité de vous inscrire sur la liste d’attente au guichet de la billetterie le soir-même.

Lambert Wilson nous embarque, avec ses instrumentistes, dans un climat jazzy, au parfum de mélodie française et à l’ambiance de boîtes new-yorkaises de l’après-guerre… Une trentaine de chansons d’Yves Montand parmi lesquelles : Les grands boulevards, La bicyclette, La chansonnette… et tant d’autres à découvrir.

À propos

Ce spectacle est actuellement complet.
Néanmoins, des places peuvent se libérer jusqu’au dernier moment ; vous avez donc la possibilité de vous inscrire sur la liste d’attente au guichet de la billetterie le soir-même.

Lambert Wilson a demandé à Christian Schiaretti de concevoir et de mettre en scène un spectacle de chansons autour de Yves Montand, icône du XXe siècle. À partir des personnages qui l’auront accompagné, des rencontres qu’il aura faites pendant toute sa vie, le spectacle tentera d’esquisser, entre textes, poésies et musique, le portrait d’un homme issu du monde ouvrier. Montand a laissé derrière lui, par la seule force de son ambition et de son talent, une œuvre qui passe par le music-hall, le cinéma, le théâtre. Le duo Wilson/Fontaine nous embarque avec ses instrumentistes dans un climat jazzy, au parfum de mélodie française et à l’ambiance des boîtes new-yorkaises de l’après-guerre… Lambert Wilson ne cherchera ni à imiter ni à se démarquer artificiellement de son aîné. Il donnera à entendre une trentaine de chansons parmi lesquelles : Les grands boulevards, La bicyclette, Un gamin de Paris, La chansonnette, Syracuse, Les feuilles mortes, Le temps des cerises, Les enfants qui s’aiment… et tant d’autres à découvrir.

© Michel Cavalca

Biographies

Lambert Wilson, né en 1958 à Neuilly-sur-Seine, est le fils de Georges Wilson, acteur, metteur en scène qui a succédé à Jean Vilar à la direction du TNP. Lambert Wilson baigne dès son plus jeune âge dans le milieu théâtral. Il suit une formation d’art dramatique au Drama Centre de Londres, où il apprend le métier d’acteur mais aussi le chant et la musique. Au cinéma, il s’impose avec La Vouivre, adapté et réalisé par Georges Wilson, et Hiver 54, l’abbé Pierre. Pour cette interprétation, il reçoit le Prix Jean Gabin et sera nommé aux César. Sa carrière théâtrale est aussi très riche. Au Festival d’Avignon, il joue dans Ubu à l’Opéra et dans Othello, dans la Cour d’Honneur, mises en scène Georges Wilson. Il a aussi travaillé avec Jean- Louis Barrault, L’Amour de l’amour, Antoine Vitez, La Célestine, et Jacques Lassalle, La Controverse de Valladolid. Il signe plusieurs mises en scène : Les Caprices de Marianne ; Bérénice ; Music-hall ; La Fausse Suivante. Dans sa discographie, on peut trouver : Musicals ; Démons et Merveilles ; Loin ; Wilson chante Montand.

Christian Schiaretti dirige la Comédie de Reims de 1991 à 2002. Il est directeur du TNP depuis janvier 2002 où il a présenté Mère Courage et ses enfants et L’Opéra de quat’sous de Bertolt Brecht, Père, Mademoiselle Julie et Créanciers de August Strindberg, L’Annonce faite à Marie de Paul Claudel, 7 Farces et Comédies de Molière, Philoctète de Jean- Pierre Siméon, trois pièces du Siècle d’or : Don Quichotte, Don Juan, La Célestine, les cinq premières pièces du Graal Théâtre de Florence Delay et Jacques Roubaud, Mai, juin, juillet de Denis Guénoun (présenté au Festival d’Avignon 2014), Le Roi Lear de William Shakespeare, Électre de Jean- Pierre Siméon, Bettencourt Boulevard ou une histoire de France de Michel Vinaver, Ubu roi (ou presque) de Alfred Jarry. Ses spectacles, Coriolan de William Shakespeare, 2006, Par-dessus bord de Michel Vinaver, 2008, et Une Saison au Congo de Aimé Césaire, 2013, ont reçu de nombreux prix. Pour l’inauguration du nouveau Grand théâtre, il crée Ruy Blas de Victor Hugo, le 11 novembre 2011. Très attaché à un théâtre du répertoire, Christian Schiaretti reprend régulièrement ses créations avec les comédiens de la troupe.

Distribution

version orchestrale avec six musiciens
lumières Julia Grand

production Les Visiteurs du Soir, Démons Productions
coréalisation Théâtre National Populaire

Interview vidéo


Documents