TNP Villeurbanne

04 78 03 30 00

Après la fin

Louise reprend conscience après une explosion nucléaire. Mark, un ami de longue date, est à ses côtés. C’est lui qui l’a sauvée en la transportant dans un abri souterrain, vestige d’un autre temps. Avec humour et cruauté, l’auteur explore les mécanismes d’une psychose engendrée par la peur et tisse un thriller d’anticipation sur la question de l’identité et des monstres enfouis…

À propos

Résidence de création

Louise reprend conscience après une explosion nucléaire. Mark, un ami de longue date, est à ses côtés. C’est lui qui l’a sauvée en la transportant dans un abri souterrain, vestige d’un autre temps, dissimulé à l’arrière de son appartement. Ils ont pour seules ressources de quoi tenir quelques jours, le chaos semble régner au-delà des murs. Dans la précarité de cette proximité contrainte, Louise et Mark se livrent à un combat pour tenter par tous les moyens de survivre au détriment de l’autre : culpabilité et asservissements, violences physiques et psychiques, mépris et séduction, les mots et les corps deviennent des armes aliénantes. Mue par une amitié qui semblait pourtant infaillible, leur relation et leur intégrité se désagrègent dans cet environnement réduit et carcéral. À la fois acteur, scénariste et dramaturge, Dennis Kelly excelle dans l’art du dialogue. Avec humour et cruauté, il explore ici les mécanismes d’une psychose engendrée par la peur et tisse un thriller d’anticipation sur la question de l’identité et des monstres enfouis. Après la fin est un théâtre d’acteurs, concret, rythmé, physique et sauvagement drôle, un engrenage subtilement scénarisé qui exacerbe la tension des rapports entre une femme et un homme.

Baptiste Guiton est membre du Cercle de formation et de transmission. En savoir plus

© Jeanne Garraud

Biographies

Dennis Kelly

Dennis Kelly, né en 1970 à New Barnet au nord de Londres, commence à écrire à vingt ans. Son œuvre dramatique affirme le choix de formes en rupture avec le théâtre social réaliste anglais, à l’image de celles développées par Antony Neilson, Sarah Kane ou Caryl Churchill. Conjuguant le caractère provocateur du théâtre In-Yer-Face et l’expérimentation de styles dramatiques diversifiés, ses textes abordent les questions contemporaines les plus aiguës. Ils sont régulièrement traduits et créés en Allemagne ; en 2009, il est élu Meilleur auteur dramatique par la revue Theater Heute. En France, Débris, paru aux éditions Théâtrales, a été lu à plusieurs reprises, notamment au Festival d’Avignon 2008, et créé à la Comédie de Saint-Étienne en 2010. Il est aussi l’auteur du livret de la comédie musicale Matilda, d’après Roald Dahl, et co-auteur des séries télévisées Pulling et Utopia. Ses pièces, L’Abattage rituel de Gorge Mastromas, Love & Money suivie de ADN, Mon prof est un troll, Occupe-toi du bébé, Orphelins suivie de Oussama, ce héros, Débris suivie de Après la fin sont parues à L’Arche Éditeur.

Baptiste Guiton

Baptiste Guiton se forme à l’École de la Comédie de Saint-Étienne comme comédien avant d’intégrer le département Mise en scène de l’ENSATT. En 2007, il crée son premier spectacle, Souffles, adapté de Rimbaud et Shéhérazade de Abdellatif Laâbi, à Casablanca, et met en scène Le Misanthrope de Molière. En 2008, il monte Les Adieux de Elfriede Jelinek, en collaboration avec Benoît Bregeault et Ivica Buljan et, en 2009, Le Groenland de Pauline Sales, pièce qu’il recrée en avril 2018 au TNP. En 2012, il fonde sa compagnie L’Exalté et crée Nina, c’est autre chose de Michel Vinaver, Lune jaune, la ballade de Leila et Lee de David Greig au TNP et, en 2015, Cœur d’acier de Magali Mougel. Il a créé, en 2017, Mon prof est un troll de Dennis Kelly avec les Tréteaux de France. Depuis 2015, il est réalisateur de fictions radiophoniques pour France Culture, parmi lesquelles Chapitres de la chute de Stefano Massini, Des profondeurs de Juliette Rose et Cyril Legrais, Le monstre du couloir de David Greig… Il est également en charge des « Scènes Imaginaires, portraits de metteurs en scène européens » et des « Livres à l’écoute » à l’Odéon – Théâtre de l’Europe, en partenariat avec France Culture.

Distribution

texte français Pearl Manifold et Olivier Werner
avec Tiphaine Rabaud Fournier et Thomas Rortais

scénographie et accessoires Quentin Lugnier
lumières Julien Louisgrand
costumes et accessoires Aude Desigaux
création sonore Sébastien Quencez

production L’Exalté – direction Baptiste Guiton
coproduction La Machinerie – Théâtre de Vénissieux Théâtre National Populaire

Après la fin est publié et représenté par L’Arche, Éditeur et agence théâtrale.

Interview vidéo

En lien avec le spectacle

  • Rencontre après spectacle
    Jeudi 14 février à l’issue de la représentation, nous vous invitons à rencontrer des membres de l’équipe artistique.